Le ministère de la santé a mobilisé 133 millions de plus qu en 2011 pour l hémodialyse

Le ministère de la santé a mobilisé 133 millions de plus qu en 2011 pour l hémodialyse

Le ministère de la santé a mobilisé, cette année, 380 millions DH pour l’hémodialyse contre 247 millions DH en 2011, soit 133 millions de plus. C’est ce qu’a déclaré mardi 11 décembre le ministre de la santé, Lhoussaine Louardi. Quant aux centres d’hémodialyse, 75 sont actuellement opérationnels et 6 autres le seront dès la fin 2012, ce qui porte leur nombre à 81. S’agissant des patients, le ministre de la santé a indiqué que 6.798 ont bénéficié de l’hémodialyse au niveau national dont 4.516 patients ont été pris en charge dans les structures du ministère et 2.250 par le secteur privé.  Malgré ces efforts, de nombreux obstacles persistent. A commencer par l’inégalité de la répartition territoriale des centres d’hémodialyse et l’absence de ces structures dans les régions éloignées. Et par conséquent, beaucoup de patients démunis doivent parcourir des centaines de kilomètres pour une séance d’hémodialyse et ce à raison de trois fois par semaine. Un véritable calvaire pour l’hémodialysé qui en plus de sa maladie grave doit se procurer l’argent nécessaire pour ces déplacements. C’est pourquoi un changement organisationnel s’impose d’urgence. Il faut certes créer davantage de centres d’hémodialyse, mais il faut également attribuer à ceux qui existent des postes supplémentaires. Force est de constater qu’il y a une sous-utilisation des centres par manque de ressources humaines. Si la situation est déjà alarmante aujourd’hui, qu’en sera-t-il durant les prochaines années? Rappelons à ce sujet que chaque année 3.500 nouveaux cas nécessitent une dialyse et l’association «Reins» estime qu’en 2020, 60.000 Marocains seront atteints d’insuffisance rénale. Au stade terminal de la maladie, deux solutions s’imposent pour maintenir le malade en vie : l’hémodialyse ou la transplantation.  L’hémodialyse reste une pratique contraignante, fatigante et coûte beaucoup plus cher que la greffe. Il faut compter près de 850 DH la séance à raison de 3 séances par semaine, soit 2.550 DH.
L’hémodialyse revient à 10.200 DH par mois et 122.400 DH par année. Il est important de noter que ce tarif ne comprend pas les médicaments, les bilans bio-logiques et les éventuelles complications. C’est principalement pour ces raisons que les spécialistes encouragent la greffe qui permet une économie d’argent et offre une meilleure qualité de vie que la dialyse. Une année d’économie de dialyse c’est 120.000 DH d’économie par patient et deux années équivalent à 240.000 DH. Rappelons qu’avec seulement 25 greffes par an et par million d’habitants, la transplantation d’organes et de tissus reste en dessous des besoins épidémiologiques et des résultats espérés par les praticiens.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *