Le ministère de la santé rassure: Pas d’augmentation de cas de méningite au Maroc

Le ministère de la santé rassure: Pas d’augmentation de cas de méningite au Maroc

Le ministère de la santé a démenti dans un communiqué publié le 28 février les rumeurs propagées par certains médias portant sur une augmentation de cas de méningite.

«Certains médias de la presse écrite ont rapporté ces dernières semaines des cas supposés de méningite, occasionnant une inquiétude non justifiée chez le public», indique le communiqué.  Le ministère de tutelle rassure les citoyens en signalant que le nombre de cas est en nette diminution par rapport à l’année précédente.

Du 1er janvier au 26 février 2014, 163 cas de méningite ont été enregistrés contre 334 cas durant la même période de l’année 2013.

Les décès imputés aux méningites sont également en régression. Le taux de mortalité  est passé de 10,8% en 2013 à 9,8% durant les mois de janvier – février 2014. Notons que les cas de méningite confirmés sont habituellement enregistrés chaque année, durant la saison hivernale.

Le ministère de la santé affirme suivre de près la situation épidémiologique et informera l’opinion publique sur les mesures de veille et de vigilance sanitaires requises pour protéger la santé des citoyens. Dans son communiqué, le ministère signale que pour chaque cas détecté, les services sanitaires provinciaux réalisent dans les 24h une enquête épidémiologique, et des mesures prophylactiques sont entreprises au profit des personnes contacts, par chimio-prophylaxie et par vaccination, dans le cas des méningites bactériennes à méningocoque.

Pour rappel, la méningite évolue de manière saisonnière et peut être d’origine, le plus souvent virale, bactérienne, ou parasitaire, souvent d’évolution bénigne. La majorité des personnes qui contractent une méningite non bactérienne, c’est-à-dire causée par un virus, récupère complètement.

Le principal danger provient de la méningite bactérienne qui est mortelle malgré un traitement. Et pour ceux qui parviennent à survivre, bon nombre présenteront des handicaps graves tels que la surdité ou une lésion cérébrale. C’est pourquoi un diagnostic et un traitement rapide sont essentiels afin de réduire les risques de décès ou de complications.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *