Le ministère des Affaires islamiques forme 50 nouvelles mourchidates

Le ministère des Affaires islamiques forme 50 nouvelles mourchidates

C’est parti pour la formation de la 5ème promotion des ima-ms et mourchidates. Lancée par le ministère des Habous et des Affaires islamiques, cette initiative qui bénéficiera à 150 imams et 50 mourchidates, est destinée aux diplômés ayant une licence délivrée par une université marocaine ou un diplôme équivalent et âgés de moins de 45 ans à la date du 16 janvier 2010. Pour pouvoir postuler à ce concours, les candidats doivent avoir appris la totalité du Coran et les candidates la moitié, précise un communiqué du ministère des Habous et des Affaires islamiques. Les sélectionnés bénéficieront d’une bourse d’étude de 2.000 dirhams durant la période de formation qui s’étale sur 12 mois. À l’issue de cette formation, les lauréats seront nommés par contrat dans les mosquées choisies par le ministère. Les dossiers de candidature doivent être adressés par poste au ministère des Habous et des Affaires islamiques (Direction des mosquées) à Rabat ou déposés au bureau d’ordre du ministère et ce, avant le 15 septembre 2008. Le dossier comprend, notamment, une demande manuscrite, des copies certifiées conformes de la Carte d’identité nationale et du diplôme, un extrait d’acte de naissance, la fiche anthropométrique et le curriculum vitae du candidat.
La première promotion des imams et des prédicatrices, sortie en mai 2006, est composée de 150 imams et 50 prédicatrices, un nombre que compte augmenter le ministère des Habous et des Affaires islamiques dans les années à venir. Ces hommes et ces femmes seront chargées d’orienter les hommes, les femmes et les enfants dans les mosquées, les prisons, les usines et à travers les médias, afin d’éviter la dérive vers l’islamisme radical.
Cette initiative du ministère des Habouss s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par le Maroc, au lendemain des attentats terroristes du 16 mai 2003, pour inculquer les valeurs réelles de l’Islam. Ces actions, qui ont pour objectif la réforme du champ religieux, ont été accompagnées d’autres initiatives. C’est le cas du lancement de la Radio Mohammed VI du Coran, de la chaîne de télévision «Assadissa», la fermeture des mosquées clandestines installées dans des garages, la dotation de 2.000 mosquées de téléviseurs et la connexion au site Web du ministère des Habous et des Affaires islamiques de 1.000 autres mosquées pour dissiper les doutes sur des questions religieuses.
Le ministère de tutelle avait lancé, en 2007, un programme de formation en matière de lutte contre les maladies sexuellement transmises (MST) et le sida, au profit de quelque 50 prêcheurs, imams et prédicateurs dont 17 morchidates. Cette initiative était le fruit d’un partenariat avec la Ligue marocaine de lutte contre les MST et le sida. Ce programme s’est articulé autour de trois axes.
Le premier axe est relatif à la présentation du projet de la formation des imams et des prédicateurs dans le domaine de la lutte contre les infections transmissibles sexuellement et le sida. Le deuxième a trait au référentiel scientifique dans le domaine des infections transmissibles et le sida, alors que le dernier axe porte sur une approche religieuse pour la lutte contre les MST et le sida. Ce genre d’initiative est considéré comme étant une mesure révolutionnaire dans les pays islamiques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *