Le MP choisit ses candidats

Le Mouvement populaire veut éviter les polémiques autour des candidatures pour les élections législatives du 7 septembre 2007. Pour ce faire, le Bureau politique du parti de Mahjoubi Aherdan devait cautionner, lors de sa réunion de vendredi, la création d’une commission spéciale chargée de traiter les candidatures et de trancher en dernier lieu le sujet des listes du parti. Selon des sources harakies, cette commission sera créée après l’insistance de plusieurs responsables du MP et en premier lieu Mohand Laenser. Ces derniers craignent, encore une fois, que Mahjoubi Aherdan n’accapare le dossier des candidatures pour "imposer les siens" aux dépens des amis de Mohamed Fadili et Mohand Laenser.
Selon les mêmes sources, cette commission aura pour tâche de faire un "savant équilibre" entre les candidats issus des trois composantes de la famille harakie et qui ont fini par fusionner lors du dernier congrès de mars 2006 : le MP, le MNP et l’UD.
Le MP, selon un schéma préétabli, aura recours aux candidats de ses trois composantes dans les circonscriptions prévoyant deux et trois sièges, soit une grande partie des sièges impartis aux 95 circonscriptions instaurées par le découpage électoral récemment réaménagé et agréé en Conseil des ministres. Pour les circonscriptions prévoyant plus de trois sièges, le MP compte cautionner, en plus des siens, des candidats issus de ses alliés et notamment le Parti de l’environnement et du développement et le Parti Al Ahd de Najib Ouazzani.
Au Mouvement populaire, on dément avoir déjà décidé concernant quelques candidatures et notamment pour ce qui est de la direction de la liste féminine. Une source au Bureau politique de ce parti indique que les candidates de cette liste feront elles-mêmes l’objet du travail de la commission qui sera installée.
Toutefois, une autre source précise que la question des candidatures ne manquera pas de faire des mécontents au sein de ce parti comme ce fut le cas lors du choix des candidats pour le scrutin partiel du 8 septembre dernier. Les mécontents, ajoutent les mêmes sources, pourraient rallier d’autres partis et notamment le MDS (Mouvement démocrate et social) de Mahmoud Archane que viennent d’ailleurs de rejoindre les amis de Bouazza Ikken. Ce dernier a pris ce virage après avoir échoué à remettre sur les rails l’Union démocratique de la présidence de laquelle il a été "destitué" en 2006.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *