Le nombre d’analphabètes au Maghreb demeure élevé

Le vice-président de l’Université Mohammed V Souissi, Réda Abderrahmane a indiqué lors de l’ouverture d’une  conférence sur la lutte contre l’analphabétisme au Maghreb, tenue lundi à Rabat «que malgré les efforts déployés par les pays de Maghreb dans la lutte contre l’analphabétisme, le nombre d’analphabètes demeure élevé dans ces pays». Evoquant l’expérience marocaine en matière de lutte contre l’analphabétisme, il a rappelé que le Maroc a développé des programmes de lutte contre ce fléau et élaboré une stratégie en la matière à partir des Hautes directives royales, de la Charte d’éducation et de formation et de la Déclaration gouvernementale.
Plusieurs mesures ont été prises pour atteindre cet objectif, a-t-il dit citant notamment la création d’institutions nationales chargées du suivi et de la gestion en matière de lutte contre l’analphabétisme et la déperdition scolaire, la gratuité de l’enseignement, l’implication des membres de la société civile, l’organisation de campagnes de sensibilisation, l’instauration de l’obligation de la scolarisation jusqu’à l’âge de 15 ans et l’encouragement de l’enseignement préscolaire.
Il a indiqué, à cet égard, que le nombre d’écoles construites est passé de 5.940 écoles en 2000 à 6.990 en 2007 avec un ciblage croissant du monde rural, des femmes et des personnes âgées.
Pour sa part, le directeur du bureau de l’Unesco à Rabat, Philipe Queau a indiqué que l’analphabétisme, qui a frôlé des taux élevés dans les pays de la région, se dresse en obstacle au développement de ces pays. Il a  rappelé que l’organisation onusienne a donné en 2005 le coup d’envoi à une nouvelle initiative de lutte contre l’analphabétisme (Life) dans l’objectif d’accélérer le processus de lutte contre ce fléau dans les pays où les taux dépassent les 50 % ou dans ceux où le nombre d’analphabètes dépasse dix millions.
La lutte contre l’analphabétisme revêt une importance majeure, a-t-il souligné, ajoutant que l’éducation fait partie des droits fondamentaux.
Le représentant de la chaire de l’Unesco d’éducation des adultes et d’alphabétisation à l’Université Mohammed V, Bachir Tamer a pour sa part indiqué que les pays du Maghreb doivent faire face à de nouveaux défis issus en particulier des mutations accélérées que connaît le monde à tous les niveaux pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *