Le PJD trouve étrange la polémique suite aux déclarations de Benkirane

Le PJD trouve étrange la polémique suite aux déclarations de Benkirane

Les islamistes mènent leur contre-attaque. Dans un communiqué, le Parti de la justice et du développement (PJD) a ouvertement dénoncé, lundi 21 juin, «la campagne de provocation» menée contre lui, suite aux propos tenus par Abdelilah Benkirane, secrétaire général de ce parti, lors de la séance d’ouverture du onzième congrès du Mouvement populaire (MP). Vendredi 11 juin, M. Benkirane avait suscité la colère des dirigeants des partis politiques présents lors du congrès des Harakis, en affirmant que les partis politiques nationalistes au Maroc sont uniquement l’USFP, le MP, le parti de l’Istiqlal et le PJD. La classe politique a fermement réagi aux déclarations du SG du PJD. Le MP, le PAM, le RNI, l’UC et le PPS ont tiré à boulets rouges sur Abdelilah Benkirane, qualifiant ses propos «d’exclusivistes», «d’anti-démocratiques» et «d’inappropriés» (voir réactions ci-dessous). Le secrétariat général du PJD affirme qu’il «trouve étrange le déclenchement de cette polémique qui vise à mettre en doute les choix de principe du PJD concernant son militantisme continu pour une compétition démocratique honnête et transparente et son attachement au multipartisme étant donné que la société marocaine est elle-même multipartiste de par la nature de sa composition».
«Le réferentiel du parti, ses positions constantes et le comportement de ses membres et ses élus sur le plan national et local au niveau des différentes institutions confirment son attachement aux principes de la démocratie et son engagement à respecter le multipartisme, les règles de la compétition honnête et la construction de l’action politique sur la base des valeurs de l’honnêteté et la transparence», souligne le secrétariat général du PJD, ajoutant que «tout cela s’oppose au parcours du nouveau parti de l’administration dont la présence quantitative émane du soutien de l’administration, de la transhumance des parlementaires et de l’aval des autres partis en perspective de la mise en place d’une polarisation artificielle basée sur l’hégémonie et le contrôle».
Le parti dirigé par Abdelilah Benkirane note, par ailleurs, à travers son communiqué que «des campagnes pareilles ne sont nullement en mesure de retenir le PJD de son militantisme pour la lutte contre la perversion politique. Nous entendons continuer à militer pour la réforme de la scène partisane et la consécration des règles de la compétition politique saine à travers des réformes constitutionnelles, politiques et juridiques et la pratique de la politique transparente et responsable en partenariat avec les différentes forces de la nation». Alors que le PAM avait affirmé dans son communiqué du dimanche 13 juin que «le discours exclusiviste» du PJD «interpelle le Premier ministre ainsi que les autres partis politiques qui devraient prendre des positions claires», cette affaire a été marquée par l’absence d’une réaction de la part du parti de l’Istiqlal et de l’USFP.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *