Le Polisario bientôt poursuivi en Espagne

Le Polisario bientôt poursuivi en Espagne

L’Algérie et le Polisario se mettent à dos l’une des plus importantes organisations espagnoles de défense des droits de l’Homme. La Ligue espagnole des droits de l’Homme, que préside Francisco Jose Alonso Rodriguez, vient d’annoncer qu’elle soutiendra les revendications des ex-prisonniers sahraouis chez le Polisario d’être indemnisés par l’Algérie. Dans un communiqué conjoint avec l’Asadeh (Association sahraouie des droits de l’Homme), la Ligue espagnole affirme que si le Maroc a indemnisé les prisonniers politiques sahraouis, l’Algérie devra faire de même pour les préjudices subis par les prisonniers du Polisario et notamment la privation de liberté. Pour les deux ONG, la responsabilité de l’Algérie est établie du moment que les graves violations dont avaient été victimes les Sahraouis s’étaient déroulées sur son territoire.
Pour Ramdane Messaoud Larbi, président de l’Asadeh, cette dernière ONG a recensé, au Maroc et en Espagne notamment, 856 victimes du Polisario et dont 16 étrangers (ressortissants espagnols et portugais). «Nous représentons ces centaines de victimes et nous attendons la fin de quelques procédures légales pour des actions en justice contre les responsables du Polisario», déclare M. Messaoud Larbi qui ajoute que Brahim Ghali figure en bonne place des responsables des séparatistes qui feront l’objet de poursuites devant l’Audience nationale, la plus haute juridiction espagnole. Pour le président de l’Asadeh, Brahim Ghali, actuel représentant du Polisario à Madrid, devra répondre de «graves violations des droits de l’Homme commises sur le territoire algérien».
Se trouvant au Maroc à l’occasion de la visite, dans les régions du Sud, d’une délégation européenne, Francisco Jose Alonso Rodriguez a réaffirmé la disposition de la Ligue espagnole des droits de l’Homme à soutenir d’éventuelles poursuites contre les tortionnaires du Polisario au moment opportun, soit quand toutes les conditions seront réunies pour porter des plaintes en justice. Le soutien de la Ligue espagnole des droits de l’Homme sera sous forme d’assistance judiciaire des victimes lors des procès grâce aux services d’éminents avocats espagnols militants de cette ONG. D’ailleurs, la Ligue espagnole des droits de l’Homme, sur la base des renseignements et rencontres recueillis par son président lors de son séjour dans les régions du Sud marocain, a décidé d’œuvrer pour le rapprochement des Sahraouis de l’intérieur et de l’extérieur. Cela passera, affirme le communiqué diffusé jeudi, par l’organisation de tables rondes et de rencontres de "réconciliation". La Ligue espagnole des droits de l’Homme, dans son communiqué, revient encore une fois sur les divagations de la propagande séparatiste en affirmant que, durant le séjour de son président dans les régions du Sud, il ne lui a été donné d’assister à aucune manifestation ou troubles de l’ordre public.
Quelques jours auparavant, un communiqué attribué à Francisco Jose Alonso Rodriguez, avait fait état de manifestations à Laâyoune. Le premier concerné s’était empressé de démentir et de fustiger les pratiques propagandistes des séparatistes.
la Ligue espagnole des droits de l’Homme, rappelle-t-on, est l’"héritière" de la Ligue espagnole pour la défense des droits de l’Homme et du citoyen, fondée en 1913.

 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *