Le président du GPBM réagit

Le président du GPBM réagit

Suite à l’accord intervenu entre le Groupement professionnel des banques du Maroc et l’USIB pour l’adoption de l’horaire d’été jusqu’au 2 septembre 2005 et le retour à l’horaire normal discontinu à partir du 5 septembre 2005, le président du GPBM, Monsieur Othman Benjelloun, tient à apporter les précisions suivantes :
1.  Depuis déjà 10 années, le GPBM a mené des études pour la mise en place de l’horaire continu dans les banques toute l’année mais son application avait été reportée tant l’environnement des banques ne s’y prêtait pas et tant que les représentants syndicaux, eux-mêmes, n’y étaient pas disposés.
2. Cette année, après concertation avec l’USIB UMT, il fut convenu de mettre en place l’horaire continu dans les banques, dans des conditions conformes aux activités bancaires, en relation avec le monde économique et financier national et étranger tout en respectant les intérêts bien compris de nos salariés (prime de panier pour les repas, tolérance horaire pour la prière du vendredi, flexibilité pour les horaires d’ouverture des guichets au public…).
3. L’adoption des modalités d’horaire continu l’été, à titre transitoire et d’essai, fut convenu d’être soumise à une évaluation, par les deux parties, au terme de deux mois pour y introduire les améliorations ou modifications qu’elles jugeraient utiles.
4. Dans ces conditions claires, nous avons été surpris par la réaction des représentants des salariés du secteur bancaire qui ont exprimé qu’ils n’étaient pas encore mûrs pour cet horaire alors que ses principales modalités étaient convenues avec eux.
5. En conséquence, le GPBM, en concertation avec les membres de son Conseil et l’USIB UMT, a décidé de suspendre l’application de l’horaire continu et de reporter, à une date ultérieure, l’opportunité de son lancement.
6. Dans ces circonstances, le GPBM refuse de rentrer dans toute polémique stérile au moment où le secteur bancaire, qui emploie plus de 24.000 salariés et recrute régulièrement, peut se prévaloir d’accorder une importance particulière à son premier capital que sont ses ressources humaines, avec des avantages sociaux en permanente amélioration.
Par la décision de reporter à une date ultérieure, l’opportunité du lancement de l’horaire continu, nous avons, une fois encore, illustré l’écoute permanente à l’égard de notre personnel qui, faut-il souligner, a exprimé qu’il n’était pas encore prêt à voir prévaloir l’application de l’horaire continu.
7. Le président du GPBM saisit cette occasion pour réaffirmer l’engagement des banques à continuer de contribuer au développement économique et social de notre pays, avec la participation effective et concertée de notre capital humain dans un Maroc moderne, ouvert, tolérant, compétitif et solidaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *