Le PSD confiant en l’avenir de la gauche

Ce qui s’est passé était un choc pour l’opinion publique française. Aussi bien pour ceux qui ont voté à gauche que pour ceux qui n’ont pas voté et qui étaient à la pêche ce jour d’élections. Mais le deuxième tour, à notre avis, ne semble pas faire de mystères ; sauf que tout dépend de l’importance du score que va réaliser Jean-Marie Le Pen. Ceci étant, tout porte à croire que les élection législatives qui vont suivre seront, assurément pour la gauche.
En ce qui concerne l’impact de ces élections sur la carte politique partisane marocaine, il y a lieu de préciser, de prime abord, qu’il n’y a pas d’extrême droite au Maroc. Mais toujours est-il que le pouvoir use . Et cela est une donne que l’on rencontre partout dans le monde, y compris chez nous. A une différence près, à savoir que c’est que pour la première fois au Maroc, que l’on assiste à une expérience d’alternance. Une donne qui pourrait atténuer le vote sanction. Mais le risque existe, et il est, donc, tout à fait normal, qu’il y ait un vote sanction, mais à notre avis, son ampleur sera limitée. Car, la gauche a encore un champ à investir. Bien entendu, lors des prochaines élections, il va y avoir un débat sur le bilan du gouvernement d’alternance. Un débat sur des questions du genre : qu’est-ce qui a été réalisé ? Et quelles sont les raisons qui ont empêché la réalisation d’autres acquis ?
Néanmoins, ce dont nous avons besoin, c’est d’un bilan conforme à la réalité, objectif et équilibré. Car, l’essentiel consiste en le respect des règles du jeu. Ces règles qui doivent être saines et transparents. Tel est le chemin du salut.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *