Le Québec lorgne vers le Maroc

Lors d’un déjeuner mardi à Casablanca la vice-première ministre québécoise et ministre d’Etat de l’économie et des finances, Mme Pauline Marois, a souhaité que les échanges économiques et commerciaux entre le Maroc et le Québec soient «intensifiés pour être à la hauteur des liens de confiance et d’amitié qui existent entre les deux Etats». Et d’ajouter «il m’apparaît évident que les échanges économiques et commerciaux entre le Maroc et le Québec pourraient et devraient être intensifiés. Il est clair qu’ils ne sont pas encore à la hauteur des liens de confiance et d’amitié qui nous unissent».
La ministre qui conduit une mission économique québécoise à notre pays, a souligné que le Maroc pourrait servir «stratégiquement de porte d’accès» des entreprises québécoises au marché européen. Tout comme le Québec pourrait représenter pour le Maroc une «excellente porte d’entrée»vers l’Amérique. Mme Marois a fait savoir que les relations entre le Québec le Maroc, à l’instar des autres pays du Maghreb, sont des relations de «choix, basées sur des affinités, une similarité dans les traditions et l’hospitalité».
«Nous partageons le même but de diversifier nos relations commerciales et l’opportunité de conclure ensemble des partenariats stratégiques est fort intéressante», a-t-elle déclaré.
Saluant au passage l’importance de la communauté marocaine établie au Québec, elle s’est félicitée que cette communauté constitue la meilleure passerelle entre le Québec et le Maroc. La responsable québécoise a indiqué que «cette année, les étudiants marocains au Québec forment le troisième groupe en importance d’étudiants étrangers après la France et les Etats-unis. Ceci est le résultat, en partie, d’une entente entre le Maroc et le Québec en matière d’exemption de frais de scolarité». A cette occasion, elle a mis en relief la coopération qui existe entre le Maroc et le Québec dans différents domaines, comme la formation professionnelle et universitaire, l’environnement, la culture, la modernisation de l’administration publique et les systèmes de gouvernance. Abordant la question de notre intégrité territoriale, la responsable québécoise a considéré que le Maroc et l’Algérie «doivent trouver ensemble une solution pacifique» au problème du Sahara. Et Mme Marois d’ajouter «Nous pensons que les deux Etats doivent trouver une solution à ce problème et le faire pacifiquement . Il s’agit de négociations entre deux Etats, le Maroc et l’Algérie, et nous n’avons pas à prendre parti pour l’un ou l’autre Etat», a-t-elle souligné.
Mme Marois, arrivée lundi soir à Casablanca pour une visite de quatre jours au Maroc, est accompagnée des représentants d’une vingtaine d’entreprises opérant dans des secteurs porteurs de l’économie québécoise telles les technologies de l’information, l’environnement et les infrastructures. Avec une superficie de 1,6 million de km2, le Québec est la plus vaste province du Canada et compte 7,4 millions d’habitants, majoritairement francophones. le produit intérieur brut du québec s’élève à plus de 225 milliards de dollars canadiens, environ 1600 milliards de dirhams.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *