Le Ramed toujours en difficulté

Le Ramed  toujours  en difficulté

A fin novembre 2015, le nombre de bénéficiaires du Ramed a atteint 9.133.488 personnes, soit plus de 3,4 millions de ménages. Ces chiffres dépassent la population ciblée au départ estimée à 8,5 millions de personnes. C’est ce qu’a annoncé mercredi à Rabat Jilali Hazim, directeur général de l’ANAM (Agence nationale de l’assurance maladie) lors de la présentation du rapport d’activité de l’Agence au titre de l’année 2015.

Le milieu rural représente 48% des personnes immatriculées contre 52% en milieu urbain. Notons que la cadence d’immatriculation des bénéficiaires a connu un rythme rapide depuis la généralisation du Ramed avec un pic en 2013. Une régression a été enregistrée en 2015 par comparaison à l’année 2014.

La moyenne mensuelle des personnes immatriculées en 2015 se chiffre à 117.000 contre 154.000 en 2014. S’agissant de la répartition des immatriculations par catégorie de bénéficiaires, le pourcentage des personnes en situation de pauvreté a atteint les 86%. Ce taux dépasse de loin les prévisions initiales estimées à 45%.

Dans son rapport, l’ANAM relève que la population immatriculée au Ramed a ainsi contribué à l’augmentation du taux de couverture médicale de la population marocaine qui est passée de 25% en 2005 à près de 60% à nos jours. Malgré ce bilan positif, de nombreuses contraintes persistent. A commencer par la problématique du taux de retrait des cartes des bénéficiaires vulnérables qui reste toujours faible.

Ce taux qui ne dépasse pas les 30% en 2015 a régressé de 3 points par rapport à 2014. Ce faible taux soulève plusieurs interrogations quant aux véritables raisons qui empêchent cette catégorie de retirer leurs cartes.

L’ANAM explique cette situation par le fait que plus la contribution est élevée plus le taux de retrait des cartes est faible. Il n’est pas inutile de rappeler à ce sujet que la contribution financière partielle annuelle des bénéficiaires en situation de vulnérabilité est de 120 DH par personne et par an avec un plafond de 600 DH par ménage et ce quel que soit l’effectif.

A fin octobre 2015, les montants collectés auprès des personnes en situation de vulnérabilité s’est élevé à 24.739.083 DH, soit une diminution de 20% par rapport à 2014. Ainsi, le montant cumulé collecté jusqu’à fin septembre 2015 s’est chiffré à 119.650.827 DH. En raison du faible taux de retrait des cartes, l’enveloppe encaissée ne représente que le tiers de la totalité de la contribution due.

L’autre obstacle auquel est confronté le RAMED est la double immatriculation. L’ANAM a poursuivi ses opérations de contrôle pour faire en sorte que les bénéficiaires déclarés éligibles au RAMED ne bénéficient pas de l’AMO. Après un contrôle a posteriori de la double immatriculation, l’ANAM a procédé depuis avril 2014 au contrôle a priori. Ce passage a ainsi permis d’éviter l’immatriculation de près de 98.000 personnes et la production de 36.000 cartes.

120 millions DH pour la prise en charge des bénéficiaires atteints d’ALD et ALC

Lors du conseil d’administration de l’ANAM qui s’est tenu mercredi 16 décembre à Rabat, il a été décidé sur proposition de Jilali Hazim de permettre à l’ANAM de recourir à la contractualisation avec les hôpitaux publics, à travers une convention permettant de bénéficier de 120 millions de dirhams pour financer la prise en charge des bénéficiaires du Ramed, atteints d’affections coûteuses et de longue durée.

Depuis la généralisation du Ramed, quel bilan peut-on tirer des prestations médicales fournies aux bénéficiaires ? Selon le rapport d’activité de l’ANAM, plus de 500.000 hospitalisations ont été réalisées. Il a été procédé à 3,8 millions d’explorations externes et plus d’un million de consultations spécialisées externes. On notera également plus de 880.000 prises en charge des affections de longue durée (ALD) et affections lourdes et coûteuses (ALC).

Au total, 7.641 malades atteints d’insuffisance rénale ont été pris en charge et ont bénéficié de près de 840.000 séances d’hémodialyse. Le Ramed a également permis aux bénéficiaires d’accéder à plusieurs prestations chirurgicales lourdes et coûteuses telles que la greffe de cornée, du foie et de la moelle osseuse.

Il faut aussi relever que pour la seule année 2014, les CHU ont assuré la prise en charge de plus de 187.000 malades atteints d’ALD/ALC, plus de 118.000 malades ont été hospitalisés. 337.000 consultations spécialisées externes ont été réalisées ainsi que plus de 1,5 million de bilans et explorations externes.
 

Plus de 3.000 réclamations et demandes d’informations traitées

Une  équipe a été mise en place pour traiter les réclamations  et leur donner une suite. A fin novembre 2015, plus de 3.000 réclamations et demandes d’informations relatives au Ramed  ont été traitées à travers le Front Office, par courrier et par courriel.  Elles concernent essentiellement l’immatriculation des bénéficiaires et la délivrance des cartes Ramed.
Notons que les réclamations relatives à la non livraison des cartes sont dominantes avec 40% des réclamations traitées.

Pour leur part, les réclamations relatives à la double immatriculation et les réclamations relatives aux demandes d’activation de la carte représentent 15% des réclamations traitées.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *