Le Souss, une région stratégique pour l’ONHYM

Par sa géologie très diversifiée, la région de Souss-Massa-Drâa a toujours constitué une zone très favorable pour le développement minier, notamment pour les métaux précieux (or et argent), les métaux de base (cuivre, plomb, cobalt…) et les roches et minéraux industriels (manganèse, feldspath, barytine…). L’activité minière dans cette région remonte au Moyen Age comme en témoignent les vestiges miniers autour de gisements toujours en exploitation comme celui d’Imiter ou ceux récemment mis à l’arrêt Bleida (cuivre) et Zgounder (argent)   .
Durant la période récente (depuis les années 70) jusqu’à nos jours, cette région a fait l’objet d’un important volume de travaux de recherche et de développement minier. A l’échelle du territoire national et avec une proportion de 38%  sur l’ensemble du portefeuille de permis miniers de l’ONHYM, cette région occupe la première place.
Les travaux de recherche de l’ONHYM sont réalisés soit par fonds propres, soit en partenariat avec des sociétés nationales et étrangères. Aujourd’hui, ces travaux couvrent les secteurs les plus favorables de Tagragra d’ Akka, Kerdous,  Ighrem, Sirwa et d’Ouarzazate. La prospection englobe différents domaines dont les métaux précieux. Lancés en 1984, les travaux d’exploration pour l’or ont abouti à la découverte d’environ une cinquantaine de gîtes et indices d’or, dont les plus importants sont en cours d’exploitation et/ou de développement dans le cadre de partenariats. Sur le reste de la région de Souss-Massa-Drâa, les travaux de recherches menés sur le secteur d’Ouarzazate ont permis de délimiter des zones favorables, notamment les zones d’Eç Çour et Talkhoumt. Dans le massif de Kerdous, plusieurs prospects  en or sont identifiés à Imjgaguen, Tiyyout, Tahala, Assif M’Kkorn et Igli.
Concernant les métaux de base, c’est surtout la province de Taroudant qui concentre l’intérêt de la recherche.
Aussi les  travaux d’exploration et de développement pour le cuivre entrepris depuis le début des années 70 par l’ONHYM ont permis de découvrir  plusieurs gisements dont certains ont été mis en exploitation, comme Talat n’Ouamane, Iminirfi et Assif Imider  et ce jusqu’au début des années 80. Des gîtes ont également été découverts durant cette période, il s’agit de Tizert et de Tiferki. Aujourd’hui, les travaux de recherche ont repris sur l’ensemble de ce secteur dans le cadre d’une convention de partenariat entre l’ONHYM et la société canadienne Odyssey. Dans ce cadre, en plus des gisements et des gîtes cités ci-dessus, les travaux se concentrent  surtout sur le gîte d’Alous, découvert par l’ONHYM en 1963, et où les ressources totales sont réévaluées dans le cadre de cette convention à  8.000.000  tonnes à 0,8 % Cu.
Pour la recherche du plomb, elle a permis de circonscrire le projet de Tighoula (province de Taroudant) où les teneurs atteignent 4%. Ce projet est aujourd’hui en promotion
La région de Souss-Massa-Drâa constitue toujours une cible favorable pour la recherche minière en raison de sa géologie très diversifiée et productive. En plus du développement des projets en cours aussi bien pour l’or à Had Imawn que pour le cuivre autour du gîte d’Alous, les travaux concerneront la mise en évidence de cibles économiques dans le massif de Kerdous, de Sirwa et la région d’Ouarzazate.

Pétrole : le bassin du Souss encore sous-exploré
Dans les régions de Souss onshore et offshore peu profond, l’ONHYM a entrepris plusieurs études d’évaluation pétrolière qui ont valorisé le potentiel pétrolier de ces zones au niveau des objectifs jurassiques et triasiques.
Un effort de promotion s’en est suivi auprès des sociétés pétrolières internationales au Maroc et à l’étranger et qui a été couronné par la signature, en janvier 2007, de deux accords pétroliers entre l’ONHYM et la société GBP:
Le premier accord porte sur deux permis offshore Agadir maritime I et II. 
Le deuxième accord est une zone de reconnaissance dénommée «Ouest Souss onshore».
En plus des travaux entrepris dans les bassins de Souss, l’ONHYM et ses partenaires mènent des activités d’exploration dans les zones profondes au large d’Agadir et sur l’ensemble des bassins du  Sud du Maroc.  Les partenaires de l’ONHYM actifs dans les bassins du Sud sont pour la zone onshore : Petro Canada (zone de reconnaissance de Bas Dra)  et Sanleon / Island Oil & Gas / GB Oil and Gas dans la  zone de reconnaissance bassin de Zag. 
Sur l’offshore, les acteurs ont pour nom  Kosmos dans le permis de Boujdour offshore, Mearsk Oil dans le permis de recherche  Tarfaya Shallow et Genting Oil dans le permis de recherche  Ras Juby offshore.
Ces partenaires entreprennent d’ambitieux programmes d’exploration pétrolière dans leurs permis ou zones de reconnaissance respectifs. Des synthèses géologiques et géophysiques basées sur des données disponibles et sur l’acquisition de nouvelles données sismiques, gravimétriques et magnétométriques sont en cours de réalisation.
Un  programme de travail est planifié par la société GBP et consiste en la réalisation d’études géologique, géophysique et pétrolière, d’acquisitions et retraitements sismiques et le forage d’un puits d’exploration.
Il faut dire que le bassin de Souss onshore, comme le reste des bassins marocains, reste très peu exploré puisque seulement 8 puits ont été forés sur une superficie de 7 500 km2, ce qui donne une densité très faible de 0,1 puits par 100 km2 comparée à la densité moyenne internationale de 10 puits /100 km2.
S’agissant de la  sismique réflexion qui est l’outil géophysique le plus utilisé en exploration pétrolière, le bassin de Souss n’a été couvert que par 900 km de lignes sismiques dont les plus récentes datent de 1985.
L’ONHYM a programmé un certain nombre de campagnes de promotion pour attirer davantage d’investisseurs de l’industrie pétrolière internationale et intensifier encore plus l’exploration des potentialités de cette région.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *