Le sursaut de la diplomatie marocaine

Avant-hier, le secrétaire général des Nations-unies a fait part d’une rencontre faite à sa demande avec SM Mohammed VI.
Dans cette déclaration télévisée, Kofi Annan a annoncé qu’il s’est entretenu avec le Souverain marocain sur trois questions dont celle concernant le Sahara marocain.
De l’avis de plusieurs responsables, la diplomatie marocaine a observé une dynamique qui lui faisait défaut dans le passé. En effet, depuis le 19 février, date de la dernière réunion du Conseil de sécurité qui a évoqué les différentes options concernant le règlement de la question du Sahara marocain, le Maroc, avec son Roi, les représentants du peuple ( députés et chefs des partis politiques) et le gouvernement, s’est mobilisé pour la défense de son intégrité territoriale et la lutte contre les convoitises hégémoniques algériennes qui visent la partition du Sahara marocain.
Le 6 mars, SM le Roi a présidé un rassemblement à Laâyoune dans lequel il a réitéré la position du Maroc en déclarant que «les Marocains ne céderont pas le moindre pouce du Sahara». Lors de la 107ème Conférence de l’Union interparlementaire, qui s’est tenue à Marrakech, les présidents des deux chambres du Parlement, Abdelouahed Radi et Mostapha Oukacha ont soulevé cette question au cours de leurs rencontres avec les délégations étrangères présentes à la conférence.
Le 20 mars, M. Oukacha, président de la Chambre des conseillers, a réitéré, dans le cadre des séances plénières réservées aux interventions des différentes délégations parlementaires, l’attachement du Maroc à l’Accord-cadre proposé par le représentant personnel du secrétaire général des Nations unies, James Baker.
Le lendemain, quatre journaux libanais ont rendu pub-lique une interview de SM le Roi dans laquelle il rappelle les positions du Maroc en ce qui concerne sa lutte pour le parachèvement de son intégrité territoriale.
Le même jour, M’hamed El Khalifa, ministre de la Fonction publique et membre du Comité exécutif du Parti de l’Istiqlal, évoque cette question avec l’ambassadeur d’Italie à Rabat.
Entre temps Abdelouahed Radi, président de la Chambre des représentants s’entretenait à Marrakech, avec le Président de l’Assemblée populaire nationale algérienne (APN), Abdelkader Bensaleh, qui conduisait la délégation de son pays à la 107-ème conférence de l’UIP sur les relations entre les deux pays, la situation dans la région du Maghreb arabe et les moyens d’activer les structures de l’UMA ainsi que sur le rôle du conseil consultatif maghrébin que préside M. Radi.
Dans le même ordre, interrogé par certains médias espagnols à l’issue de son intervention au Forum de développement et des affaires en Afrique du nord (20-21 mars), le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et à la Coopération, Taïb Fassi Fihri, a insisté sur la nécessité d’un «dialogue franc et sans tabous» sur toutes les questions et problèmes en suspens entre les deux pays afin de permettre à la coopération bilatérale de se développer sur des bases saines, crédibles et positives dans l’intérêt des deux royaumes.
De son côté, le Premier ministre, Abderrahman Youssoufi, a profité de l’occasion de la Conférence consacrée à l’aide au développement, tenue du 18 au 22 du même mois à Monterrey au Mexique pour s’entretenir avec les chefs d’Etat et représentants des pays participants à cette conférence dont particulièrement ceux de l’Amérique Latine, comme c’est le cas pour la rencontre tenue le 22 mars avec le Président de Costa Rica, Miguel Angel Rodriguez Echeverria.
Dans le même élan, le secrétaire général du Parti de l’Istiqlal, Abbas El Fassi, également ministre de l’Emploi, est parti le 23 mars à Moscou porteur d’un message royal au Président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine sur « la question de notre intégrité territoriale et sur les prochaines discussions au conseil de sécurité de l’ONU prévues à la fin d’avril » sur cette question.
Le ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle, du développement social et de la solidarité s’est rendu, également, à Sofia, porteur d’un message royal au Premier ministre bulgare, Simeon Saxe -Cobourg.
Le 23 mars, Mohamed Elyazghi, adjoint du premier secrétaire de l’USFP, également ministre de l’Urbanisme, de l’Aménagement du territoire et de l’Habitat, s’est rendu à Damas, porteur d’un message de SM le Roi au président syrien, Bachar El Assad, avant de prendre la direction de la Chine, pour les mêmes raisons.
Bref, le périple des diplomates et hommes politiques marocains continue. Il y va de l’avenir du Maroc et de son Sahara.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *