Le suspect a reconnu être l’auteur des faits

Marie-Christine Hodeau avait disparu lundi matin. Son empreinte ADN avait été retrouvé sous un ongle d’une main du suspect. Quelques heures plus tôt, un homme de 47 ans avait avoué l’enlèvement et le meurtre de Marie-Christine Hodeau. «Il a reconnu qu’il était bien  l’auteur des faits», a dit à la presse son avocat Laurent Caruso. «Aujourd’hui, il n’a toujours pas donné d’explications, il ne comprend pas lui-même ce qui l’a poussé à faire cela». Il s’agit de Manuel da  Cruz. Il  avait été condamné en 2000 à 11 années de réclusion  criminelle pour séquestration et viol de mineure de 13 ans avant de bénéficier d’une libération conditionnelle en 2007. Outre son empreinte ADN, les enquêteurs ont établi qu’il avait l’habitude d’utiliser une voiture dont la description avait été donnée par la femme disparue. Lundi, Marie-Christine Hodeau avait pu appeler les gendarmes, apparemment depuis le coffre de la voiture, où elle déclarait avoir été enfermée sous la menace d’un couteau.
Cette assistante maternelle avait donné un signalement et le numéro de la plaque minéralogique d’une Peugeot 106 grise mais n’avait pas eu le temps de dire précisément où elle se trouvait, la communication étant brutalement interrompue. Le véhicule a été retrouvé vide à Echilleuses  (Loiret), à une trentaine de kilomètres du lieu de l’enlèvement. Le propriétaire de la Peugeot 106 a alors expliqué aux enquêteurs qu’elle était généralement utilisée par le gardien de sa propriété. Ce dernier a été ensuite interpellé à Echilleuses. D’après le procureur de la Republique, le scénario présenté par le  suspect est «pour le moins inhabituel» et va nécessiter des vérifications. Il a expliqué au juge l’avoir «attachée à un  arbre» avant de l’abandonner à son sort. Il est ensuite revenu, «mais on ne sait pas pourquoi», a raconté le procureur de la République. Il a déclaré avoir croisé Marie-Christine Hodeau sur la route, «ce qui  paraît quand même incroyable», puis l’avoir «remise de force dans le coffre de la voiture». Il l’aurait ensuite reconduite dans le bois pour l’étrangler. Sur les indications de Da Cruz, son corps a été  retrouvé dans un bois de la commune de Rumont (Seine-et-Marne).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *