Le voyage du héros en chacun de nous

Le voyage du héros en chacun de nous

Le voyage du héros consiste à prendre le troisième chemin ; un voyage de recherche de votre propre croissance, un voyage pour prospérer en développant les aptitudes à découvrir et à voyager sur votre propre chemin, vivre votre propre vie avec la meilleure version de vous-même.

(*) Par El Moustaid Mustapha

Dans son livre le héros aux mille visages, Joseph Campbell parle de trois chemins de vie que nous pouvons prendre : le village, les terres arides et le voyage.

Le village représente la vie qui a été planifiée pour nous par notre société et notre culture : nous naissons, nous allons à l’école, nous obtenons un diplôme, nous nous marions, nous avons des enfants, travaillons jusqu’a la retraite et finalement nous mourons. C’est essentiellement le chemin de l’ego. Pour beaucoup de gens, c’est une façon satisfaisante de vivre leur vie. Pour d’autres, ce n’est pas si simple pour  diverses raisons, soit ils ne rentrent pas dans le cadre (car ils ont une mauvaise couleur, forme, préférence, etc.), soit ils se sentent appelés à quelque chose de plus. Le village pour eux est une vie de désespoir. Plutôt que de s’épanouir dans le village, ils s’y sentent enfermés ou réprimés. Pour ces personnes selon Campbell, il y a deux autres chemins possibles.

Les terres arides représentent le chemin des rebelles, des hors-la-loi ou des bannis. C’est une vie en marge de sa société, de sa famille, sa  carrière, etc. ; au-delà de la limite de ce qui est considéré approprié et normal. C’est une tentative de se développer en rejetant les normes du village en s’évadant vers la drogue, l’alcool, peut-être une activité «criminelle» ou par un mode de vie solitaire ou marginal.

L’autre chemin est celui du voyage. Au cours de celui-ci, nous suivons notre cœur, notre vision et notre appel pour trouver notre propre voie et découvrir quelque chose de nouveau. C’est le chemin de tous les grands leaders, entrepreneurs et pionniers. A travers les défis et découvertes que nous faisons en chemin, nous acquérons le courage, l’intuition, la sagesse, la résilience et une plus grande conscience de nous-mêmes et du monde. Lorsque nous revenons au village nous sommes capables d’apporter notre contribution individuelle unique et sommes acceptés et reconnus comme nous sommes vraiment. Le voyage n’est pas toujours extérieur. Nous voyageons parfois intérieurement alors que nous restons physiquement à l’intérieur du village. Suite à notre évolution, nous apportons de nouvelles idées et une nouvelle vie au village, permettant à plus d’un d’y prospérer. Nous pouvons même trouver possible d’apporter guérison et transformation aux terres arides.

Etre un entrepreneur consiste à prendre la troisième voie ; le voyage pour trouver comment prospérer par le développement des compétences pour découvrir et progresser sur son propre chemin et vivre sa vie au meilleur de soi-même au service de soi, des autres et du monde.

Voici le scénario de ce mono mythe: un héros quitte le monde ordinaire après avoir reçu un mystérieux appel, part à l’aventure, traverse le seuil d’un monde extraordinaire, affronte le gardien de ce seuil et, au-delà, rencontre des alliés et des ennemis. Après des épreuves où il risque sa vie, doit souvent vaincre un tyran, il effectue le sacrifice de son ego et reçoit l’essence  pour régénérer la société d’où il vient. Alors le héros retourne dans son monde ordinaire auquel il rapporte l’élixir (mot d’origine arabe qui veut dire «l’essence». Ses peines ne s’arrêtent pas là pour autant. Que ce soit un sérum guérisseur ou une vision spirituelle, l’élixir ou «l’essence»  est rarement compris et accepté par le monde ordinaire. Le héros, d’aventurier devient alors un pédagogue qui essaie d’apprendre à la société l’importance de cette essence  et la manière de s’en servir. Tous les héros suivent un parcours comprenant au moins plusieurs étapes de ce scénario. Ce héros c’est chacun de nous.

Pour Campbell, chacun de nous s’aventure dans la vie comme dans une forêt dépourvue de chemin et peut en revenir avec un apport inédit afin d’épanouir toute la société. Chacun peut tendre vers cette réalisation, même si le risque d’échec existe. Campbell nomme cela notre «quête héroïque» ou notre «mythe personnel». Aussi allons-nous observer en détail la quête du héros dans les mythes et les contes de fées pour mieux comprendre quelle est la nôtre.

Pour bien développer ce point, on va citer l’exemple du  choix de Steve Jobs pour vivre sa passion, qui l’a conduit au formidable voyage d’une vie au-delà des frontières et limites du «village».

Jobs sous-entend que le voyage de «vivre sa propre vie» vous amène à réaliser que vous pouvez «faire une différence positive dans le monde». Il est important de garder à l’esprit que vivre votre  propre vie et suivre votre cœur et intuition ne signifie pas ignorer tous les autres et devenir solitaire. Au contraire, cela fait de vous un participant plus actif, ce qui vous connecte plus fortement et vous rend plus sensible au «champ» plus large dans lequel vous vivez ; que vous pouvez embrasser, changer, améliorer et y imprimer votre marque. Pour reprendre les mots de Steve Jobs, fondateur et dirigeant d’Apple :

«Votre temps est limité, ne le gaspillez donc pas en vivant la vie de quelqu’un d’autre. Ne soyez pas piégés par les dogmes, ce qui consiste à vivre avec le résultat de la pensée des autres. Ne laissez pas le parasitage des opinions d’autrui étouffer votre propre voix intérieure. Et par-dessus tout, ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. Ils savent déjà en quelque sorte ce que vous voulez réellement devenir. Tout le reste est secondaire…Vous devez trouver ce que vous aimez… La seule façon d’être pleinement satisfait est de faire ce que vous considérez comme une grande œuvre. Si vous ne l’avez pas encore trouvée, continuez à chercher. Ne vous posez pas. Comme pour toutes ces affaires de cœur, vous le saurez quand vous l’aurez trouvée. Et comme pour toute grande relation, elles continueront à se bonifier au fil des ans. Donc continuez à chercher jusqu’à ce que vous trouviez».

Le voyage du héros consiste à prendre le troisième chemin ; un voyage de recherche de votre propre croissance, un voyage pour prospérer en développant les aptitudes à découvrir et à voyager sur votre propre chemin, vivre votre propre vie avec la meilleure version de vous-même. Quoi qu’il en soit, le héros se transforme alors en une sorte de guide pour enseigner son message aux autres.

La quête du héros, c’est la possibilité qui nous est offerte de ne plus se sentir réduits à l’impuissance dans la société. C’est la chance d’exploiter nos dons particuliers. Nous chutons brutalement dans une souffrance, face à un échec amoureux déchirant, la mort d’un proche, une épreuve personnelle douloureuse, une humiliation dans le domaine professionnel qui nous laisse le sentiment terrible que nous sommes coupés d’un morceau vital de nous-mêmes ou une crise d’identité qui nous fait brusquement tomber dans les profondeurs de notre inconscient. La chute n’est pas éternelle. Ces mythes mettent aussi l’accent sur un acte de réparation, sur la capacité de l’homme d’agir au mieux ; aussi bien que  procréer une possibilité chez un être humain de renaître après une période d’intense souffrance ou de se renouveler dans sa manière d’exister quoi qu’il soit accompli auparavant.

(*) Cadre responsable en communication, coach

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *