Léa pour Samy lance sa 4ème campagne «Autist-Act»

Léa pour Samy lance sa 4ème campagne «Autist-Act»

Au Maroc, 200.000 personnes dont 70.000 enfants sont atteintes d’autisme. Selon l’Association Léa pour Samy, 2 millions de Marocains sont concernés directement ou indirectement par la maladie. Des chiffres alarmants. Et pourtant, cette maladie continue d’être mal connue dans notre pays.
«De nombreuses problématiques, dramatiques, liées à cette maladie restent encore sous silence. Il est de notre devoir, en tant qu’association de défense des droits fondamentaux, d’alerter l’opinion publique pour mettre fin à ce drame», déclare M’hammed Sajidi, président de Léa pour Samy.Pour sensibiliser la société sur ce trouble sévère, Léa pour Samy a lancé samedi 6 juin la 4 ème édition «Autis-Act, 15 jours pour combattre l’autisme au Maroc».
Cette campagne de sensibilisation qui se poursuivra jusqu’au 20 juin cible plusieurs villes : Casablanca, Tanger, Rabat, Marrakech, Oujda et El Jadida. L’objectif étant de permettre la mise en place de partenariats locaux afin d’impliquer les acteurs économiques dans le développement et la pérennisation du réseau de classes « FuturoSchool» créées par l’association au profit des enfants et adolescents atteints de troubles autistiques. Plusieurs activités sont prévues dans le cadre de cette campagne notamment  des conférences sur  «La prévention et la protection pour les enfants autistes et leur famille», «La situation de l’autisme au Maroc: forces et faiblesses»  ou encore «L’analyse appliquée du comportement (A.B.A) : Evaluation des compétences de l’enfant atteint d’autisme». A cela s’ajoutent, les «Rencontres de l’Espoir» qui permettent aux parents d’enfants autistes de sortir de l’isolement en rencontrant d’autres parents et d’échanger leurs expériences. Malgré le manque de moyens et d’implication du gouvernement,l’association se bat chaque jour pour aider les enfants autistes et leurs familles. «Nous attendons de l’Etat marocain qu’il s’implique véritablement et permette dépistage, diagnostic, information et prise en charge de l’autisme», affirme M. Sajidi. La reconnaissance de l’autisme par le gouvernement suivant les normes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la mise en place d’un véritable plan d’action, la formation des professionnels, les prises en charge adaptées, les centres de diagnostic spécialisés  figurent parmi les principales revendications de Léa pour Samy. Pour l’association, le ministère de l’éducation nationale doit mettre en place d’urgence une circulaire spécifique avec la mise en place et la formation d’enseignants spécialisés aux différents critères des handicaps (avec des modules spécifiques à l’autisme). Celle-ci devra reconnaître leur spécificité et leur accorder une rémunération à hauteur de leur compétence. Cette circulaire vise à lutter contre les enseignants qui profitent de la vulnérabilité des enfants handicapés et de la faiblesse de leurs parents et de permettre aux médecins scolaires de se former au dépistage précoce. Elle permettra également aux chefs d’établissement d’être responsables et de ne pas traiter les enfants atteints d’autisme de façon charitable. L’autisme  touche toutes les couches sociales et n’a pas de frontière. D’après l’OMS, la maladie touche 10 enfants sur 10.000 dans tous les pays et les milieux sociaux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *