L’eau potable, le défi de toujours

Le ministre de l’Equipement Bouâmour Tagh-ouane a présidé lundi dernier au siège de la province de Taza une journée d’information sur l’eau organisée par la direction provinciale de l’Equipement avec le concours des autorités provinciales en célébration de la Journée mondiale de l’eau.
Lors de cette manifestation, le ministre a affirmé que le programme national d’approvisionnement du monde rural en eau potable vise à relever le taux d’alimentation du monde rural à 80 % à l’horizon 2010. Et d’ajouter que le programme en question, dont la mise en application est confiée à son département en coopération avec d’autres partenaires, prévoit l’approvisionnement, à moyen terme, de 11 millions d’habitants répartis sur 31.000 groupements d’habitat pour un coût global de 10 milliards de dirhams. Et de préciser à cette occasion que le taux de la population rurale dotée d’eau potable n’a atteint que 48 % au terme de l’an 2001.
S’agissant de la problématique de l’alimentation de la province de Taza en eau potable, le ministre de l’Equipement s’est félicité des solutions trouvées pour alimenter, prochainement, la ville à partir du barrage de Bab Louta situé dans la commune rurale de Smiaâ, plus de 60 kilomètres. Et d’indiquer dans ce sens que le taux d’approvisionnement du monde rural dans la province est passé de 11 % à 34% entre 1995 et 2001. Ce taux, dit-il, sera amélioré avec la réalisation des projets en cours d’exécution ou programmés.
Pour sa part, le gouverneur de la province, Ahmed Himdi a exalté l’effort fourni par le ministère de l’Equipement pour l’exécution d’un ambitieux programme de construction de routes et ponts pour le désenclavement du monde rural. M. Himdi a évoqué la réalisation de 188 kilomètres de routes rurales, soit 37 % du linéaire de 511 kilomètres réservé à la province de Taza dans le cadre du Programme national de routes rurales (PNRR). Ce qui a permis, ajoute-t-il, de desservir 42 communes rurales et le désenclavement d’une population estimée à 518.000 habitants. Les projets routiers en co-financement, précise le gouverneur, portent sur un total de 93,5 kilomètres, 32 kilomètres sont déjà réalisés et 30,5 kilomètres en cours de réalisation.
Il est à souligner que la capacité de la station de traitement des eaux puisées dans le barrage de Bab Louta est estimée à 29.500 m3 par jour.
Cette station, financée par l’Office national de l’eau potable (ONEP) au moyen d’un emprunt auprès de la Banque Islamique de Développement (BID), fait partie du grand projet en cours de réalisation pour l’alimentation en eau potable la ville de Taza. Le coût global de ce projet, dont les travaux s’achèveront vers juin 2002, est évalué à 405 millions de dirhams. Ce projet aura un impact socio-économique sur toute la région puisqu’il permet la création de 400.000 journées de travail, la création de 30 emplois permanents et le développement de l’industrie, du commerce, du tourisme etc..

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *