L’eau potable reste le grand défi du Sud

En 2001, l’approvisionnement du milieu rural en eau potable, dans la seule province d’Errachidia a connu un progrès avec quelque 133.700 habitants, sur les 366.800 ruraux que compte la province, a être desservis en eau potable. D’autre part, plusieurs projets sont en cours de réalisation notamment l’alimentation en eau potable des localités de Tamarghout-Boudnib et la deuxième tranche du programme d’alimentation en eau potable de la région. Ces deux projets ont nécessité respectivement 2,27 millions de DH et 2,97 millions de DH. Par ailleurs, le projet de réhabilitation et d’extension du réseau d’alimentation en eau potable de la ville de Tinejdad et de trois Ksours qui a été lancé, s’éleve à 21 millions de DH. Au total, un montant de près de 148 millions de DH a été investi dans le cadre d’un vaste programme d’alimentation en eau potable des centres de la région. Ces projets, dont la majorité ont été achevés à 100%, ont été financés par des fonds de l’Office national de l’eau potable (ONEP). Un financement soutenu aussi par la Fondation allemande KFW, l’USAID et l’Agence française de développement (AFD). Les principaux objectifs à réaliser à travers cette action consistent dans le rééquipement de forage, la réalisation des équipements de production, l’extension et la construction des réservoirs, la réhabilitation des équipements de réseaux, le renouvellement et le transfert de branchements individuels et la pose de conduites. Comptant 522.100 habitants selon le recensement 1994 dont 155.300 en milieu rural et 366.800 en milieu urbain, la province d’Errachidia a une économie essentiellement basée sur l’agriculture. Celle-ci est concentrée dans des oasis irriguées à partir du barrage Hassan Addakhil, de 261 petits barrages et dérivations et 6000 puits équipés de moyens de pompage. Toujours dans ce cadre de l’approvisionnement et la gestion des ressources en eau dans le sud marocain, soulignons aussi que le Maroc et les Etats-Unis ont récemment signé un avenant à l’accord de don, approuvé fin août 1999, relatif à l’amélioration de la gestion des ressources en eau dans le bassin du Souss-Massa-Draa. Un avenant qui portera le montant de la contribution américaine à 4,933 millions de dollars, soit une augmentation de 1,500 millions de dollars. Pour sa part, le budget de l’USAID pour toute la durée de l’accord (1999-2005) a été augmenté de 500.000 dollars, portant le total estimatif à 12,500 millions dollars.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *