Législatives 2007 : «Nouveau rendez-vous pour la consécration de la démocratie»

Législatives 2007 : «Nouveau rendez-vous pour la consécration de la démocratie»

Le Maroc est déterminé, conformément au contenu du discours du Trône, à faire du scrutin du 7 septembre prochain un «nouveau rendez-vous pour la consécration de la démocratie» et «la rupture avec le passé», afin de mettre ces élections «à l’abri de toute pratique répréhensible», ont affirmé, mercredi soir à Tétouan, de hauts responsables de l’administration centrale du ministère de l’Intérieur. Cette «rupture» a commencé à prendre corps en 2002 et s’est affirmée durant les différentes élections organisées jusqu’ici, dont les scrutins relatifs aux chambres professionnelles, aux conseils communaux, aux conseils régionaux et au renouvellement du tiers de la Chambre des conseillers.
C’est ce qu’ont souligné Mohamed Saâd Hassar, secrétaire général du ministère, Mohieddine Amzazi, wali directeur général des affaires intérieures, et Noureddine Boutayeb, wali directeur général des collectivités locales, dans une conférence de presse à l’issue du séminaire annuel des walis et gouverneurs, réuni à Tétouan sous la présidence de Chakib Benmoussa et Fouad Ali El Himma, respectivement ministre de l’Intérieur et ministre délégué à l’Intérieur.
«Dans toutes les opérations électorales, ont-ils précisé, le ministère a veillé au respect de la loi et à la mise en place des garanties requises afin que les scrutins puissent se dérouler dans des conditions d’honnêteté, de transparence, de crédibilité et de neutralité totale de l’administration».
Par la même occasion, ces responsables ont démenti les informations selon lesquelles le ministère aurait donné des instructions verbales pour l’interdiction de la candidature de certaines personnes aux échéances électorales du 7 septembre prochain, soulignant que tout citoyen dispose du droit à la candidature dans les limites des dispositions légales y afférentes et que les interventions du ministère se font par voie d’instructions écrites et sans équivoque.
Pour ce qui est de la menace terroriste qui plane sur le Maroc, ces responsables ont précisé que, depuis les évènements du 16 mai 2003, les pouvoirs publics ont adopté une stratégie sécuritaire préventive pour parer aux risques terroristes, ce qui a permis le démantèlement d’un certain nombre de cellules terroristes et de déjouer leurs plans.
Les pouvoirs publics ont commencé, depuis le début de l’année, à prendre des mesures pour faire face aux risques terroristes avec fermeté et détermination, dont le relèvement du niveau d’alerte, la mise en place d’un système de vigilance et la coordination entre les différents services de sécurité aux niveaux central et local. Quant au bilan de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), le gouverneur-coordonnateur de l’INDH au ministère de l’intérieur, Aziz Dadès, a affirmé qu’il est «très largement positif» grâce à la mobilisation de toutes les forces vives du pays, à la profonde compréhension des valeurs et principes de cette initiative par l’ensemble des partenaires et à l’adhésion effective des bénéficiaires. M. Dadès a rappelé que le nombre des projets élaborés dans le cadre de l’INDH s’élève à plus de dix mille, dont près de 40% ont été réalisés au profit d’environ 1,7 million de citoyens.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *