Leila Bazzi : «Il est interdit de passer au stop pipi avec une vessie pleine»

Leila Bazzi : «Il est interdit de passer au stop pipi avec une vessie pleine»

Que veut-on dire par rééducation périnéale? Et à quel âge peut-on recourir à cette pratique?
Leila Bazzi : La rééducation sert à revaloriser, donner plus de tonus et récupérer tout le diaphragme pelvien défaillant. Elle consiste à remuscler le plancher et activer le processus de contraction. Grâce à cette technique, on arrive à régler plusieurs problèmes que cela soit au niveau de l’incontinence urinaire ou bien du prolapsus génital (descentes d’organes) des suites d’un accouchement, que cela soit par voie basse ou césarienne. Cependant, l’âge n’est pas un élément déterminant.Tout dépend de la musculature du plancher pelvien. Certaines peuvent représenter des fuites urinaires ou un prolapsus juste après le premier accouchement comme d’autres peuvent disposer d’un périnée intact même à un âge très avancé

Ya-t-il une différence entre une rééducation périnéale après un accouchement normal ou par césarienne?
La technique est la même pour les deux types d’accouchement, la seule différence qu’il y a réside dans le nombre de séances à suivre. Généralement, l’accouchement à voie basse nécessite une dizaine de séances alors que pour la césarienne, six séances sont suffisantes. De même, nous prenons en compte dans le déroulement du traitement le facteur de parité, à savoir le nombre de grossesses que la femme a connu. Sans oublier d’analyser le degré du prolapsus.

Quelles sont les différentes techniques déployées?
Nous entamons la rééducation par l’éléctrostimulation. On essaye de stimuler le muscle par le biais de faibles décharges électriques. On retrace graphiquement devant la patiente son chemin corporel et l’évolution de sa thérapie. Le feed-back dans ce cas ne peut être que positif. Ainsi, la patiente commence à connaître son périnée et prend conscience de ses efforts consentis. De ce fait, elle est motivée et va jusqu’au bout de la thérapie. Nous procédons également par le testing musculaire qui nous permet de donner une note au relâchement musculaire, et ce, sur une échelle de 0 à 5. Nous pratiquons également les exercices de Keigel (technique du contracté-relâché). Toutes ces techniques apprennent à la patiente le verrouillage périnéal et la préparent pour l’activité quotidienne. C’est-à-dire que si elle éternue, en sport ou autres activités, elle sera capable de contracter son muscle. Cependant, la majorité des femmes ont une fausse idée concernant une technique périnéale qui est le stop pipi. Il est interdit de passer au stop pipi avec une vessie pleine, il faut obligatoirement la vider avant de commencer cet exercice.

Peut-on recourir à l’exercice périnéal à domicile?
Effectivement. L’exercice périnéal à domicile est recommandé. Car, en aucune manière, on ne pourra voir la patiente au quotidien. Ainsi, le reste du temps, elle peut s’exercer à la maison. Certaines femmes doivent absolument se préparer davantage à la maison. En plus, cela crée une complicité avec la patiente, elle n’est pas livrée à elle-même, mais, elle contribue activement au processus de guérison.

Qu’en est-il du facteur psychique?
Cela est relatif au milieu social de la patiente et sa perception de la chose. C’est vrai qu’il y a eu beaucoup de changement dans les mentalités, mais, ce genre de prestation reste relativement tabou. De ce fait, il est de notre obligation de bien expliquer à la patiente le déroulement des séances, car après tout, on rentre dans son intimité. Ainsi, il faut motiver la dame et rester à son écoute pour qu’on puisse lui rendre confiance en elle. Il faut que les gens sachent que le relâchement pelvien est curable. De même, la rééducation périnéale doit être prescrite systématiquement après huit semaines de maternité.

Quel rapport entre la rééducation périnéale et sexualité?
Majoritairement, la femme, après un accouchement, se sent différente. Des fois même, elle peut décrire ce sentiment par des expressions du genre «je me sens large», «je n’éprouve plus le même plaisir lors de mes rapports sexuels». Certes, avec la rééducation périnéale, on assure une meilleure sexualité. Et qui dit sexualité, dit questionnements, donc la femme doit être toujours bien informée

La rééducation périnéale est-elle limitée aux femmes?
Totalement faux. On a toujours focalisé la rééducation périnéale sur le plan vaginal au point de lui donner une étiquette féminine. Les hommes subissent le même procédé surtout après la ablation de la prostate. Il s’agit de la même technique, mais dans ce cas, par voie rectale et avec des suppositoires qui serviront de sondes. Par contre, le côté psychologique est beaucoup plus difficile à cerner chez les hommes que ce qui est le cas pour les femmes.

Musculation du périnée chez l’homme

La musculation du périnée peut se pratiquer seul ou accompagné par un kinésithérapeute.
1 – Vous pouvez le faire seul : Commencez par apprendre à faire travailler les bons muscles. Pour cela, deux tests sont à pratiquer :
• Le premier consiste à stopper le jet d’urine en cours de route. Pour le faire, vous devez contracter les muscles que vous aurez à travailler. Attention, il ne faut pas le faire à chaque fois que vous urinez. Il s’agit seulement de vous donner une idée des muscles en jeu.
• Le deuxième test consiste à faire bouger votre pénis quand vous êtes en érection. Pour ce faire, vous êtes obligé de contracter des muscles. C’est de ceux-là dont vous devrez vous occuper.
Une fois que vous savez réaliser ces deux gestes, vous pouvez commencer la musculation. Contractez ces muscles le plus fort possible en comptant jusqu’à 10. Vous sentez que la contraction augmente progressivement en intensité et quand elle est à son maximum, vous devez tenir au moins 5 secondes. Puis relaxez vos muscles et faites une pause en comptant aussi jusqu’à 10. Vos muscles abdominaux, fesssiers, et ceux de vos cuisses doivent rester détendus. Faites des séries de 10 à 15 contractions et recommencez la série plusieurs fois, jusqu’à avoir réalisé au moins 60 contractions au total dans une journée. Pratiquez tous les jours. Il faut à peu près 3 semaines minimum pour sentir une différence sur l’érection, qui devient plus ferme et plus rapide à survenir. Les résultats peuvent être un peu plus rapide si vous réalisez plus de contractions. (On n’a rien sans mal !)  Un détail intéressant : quand vous faites l’amour, profitez pour pratiquer la caresse intérieure : il s’agit de faire bouger votre pénis dans le vagin, toujours en contractant ces mêmes muscles.

2 – Vous pouvez l’apprendre avec un kiné spécialisé dans la rééducation du périnée.
Les exercices seront les mêmes, mais, on vous demandera d’acheter une sonde qui se met par voie anale pour pouvoir enregistrer vos contractions que vous pourrez observer sur un écran. Et puis, cette sonde permet d’envoyer un petit influx électrique qui déclenche la contraction. Cela sert à apprendre de manière certaine quels sont les bons muscles à faire travailler. C’est parfois important, car certains hommes n’arrivent pas à isoler ces muscles. Ils expliquent : «je contracte tout en même temps, les cuisses, les fesses, les abdos, parfois même les mâchoires!». Mais pas de fausse joie : si vous allez chez un kinésithérapeute, il vous faudra aussi pratiquer chez vous entre deux séances. Finalement, la rééducation avec un kinésithérapeute est une sorte de starter pour partir sur de bonnes bases ou bien vous motiver.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *