L’emploi au coeur de la campagne électorale

La circonscription de Laâyoune compte 86.758 électeurs sur une population de 153.978 habitants, dont la majorité est constituée par des jeunes. Le 27 septembre, jour du scrutin, les électeurs auront à choisir entre 24 listes et un total de 72 candidats pour trois sièges. Une lecture dans les listes présentées par les partis politiques montre que les têtes de liste sont tous des hommes. La candidature féminine a été donc reléguée à l’arrière plan de la course électorale. Sur les 72 candidats, seules quatre femmes entrent en lice pour les trois sièges parlementaires.
La ville de Laâyoune connaît une ambiance électorale normale et la campagne se déroule dans un très grand enthousiasme, affirment tous les candidats. Pour nous enquérir sur l’état du déroulement de la campagne électorale, nous avons contacté trois têtes de liste, choisis sur trois critère (majorité, opposition et nouveau parti). Pour Akik Lembarek, tête de liste de l’Union Constitutionnelle (UC), les habitants suivent l’actualité électorale et participent avec enthousiasme aux meetings de leurs candidats favoris. « Il existe une très grande mobilisation des jeunes dans la campagne électorale, et celle-ci se déroule dans le cadre de la légalité absolue », déclare-t-il. « Certes, affirme Lembarek, les jeunes ont des revendications concernant l’emploi, car le taux de chômage dans la région est très important… mais ils sont convaincus qu’il existe une volonté de changement et de meilleures perspectives d’avenir ». Les revendications principales des habitants de Laâyoune sont donc à caractère socio-économique et ne diffèrent pas de celles de leurs compatriotes des autres villes. En ce qui concerne le programme de son parti pour le développement des provinces du sud, Lembarek affirme que « l’UC a opté pour des candidats natifs de la région et qui connaissent bien les préoccupations de la population ».
De son côté, le candidat tête de liste de l’Alliance Des Libertés (ADL), El Batah Brahim, affirme que « la campagne électorale est très chaude à Laâyoune et a un caractère plus tribal ». Pour El Batah, la bataille électorale est actuellement à son paroxysme entre les candidats des Rguibat, ceux des Aït Baamrane, ou ceux des Aït Lahcen.
En ce qui concerne le déroulement de la campagne, le tête de liste de l’ADL estime que « les candidats de certains partis comme le Rassemblement national des indépendants, le Parti de l’Istiqlal ou l’Union Constitutionnelle, mènent une campagne identique à celle des autres années où il y a eu recours à l’utilisation de l’argent et des grands moyens de propagande ». El Batah affirme aussi « qu’une grande frange du corps électoral local manque d’enthousiasme et est très méfiante…Certains électeurs sont convaincus qu’il existe un système de quotas qui est appliqué dans la région et qu’il n’y a pas besoin d’aller voter ». S’agissant du programme de son parti pour les provinces du sud, le candidat de l’ADL affirme que cette formation considère l’emploi comme un dossier prioritaire. « Pour remédier au problème du chômage dans la région, nous avons prévu une stratégie basée sur la redistribution des ressources de la région et l’égalité des opportunités », affirme-t-il. Le candidat rajoute que « la pêche, par exemple, est un domaine où l’on peut créer un nombre considérable d’opportunités d’emplois ». À propos de l’emploi, le candidat tête de liste du Rassemblement national des indépendants (RNI), Derhem Hassan, déclare que son parti prévoit de créer « une caisse locale de solidarité sociale » pour qu’il soit attentif aux problèmes socio-économiques des habitants de la région. « Nous avons préparé, dans le cadre du bureau local du RNI, un programme d’emploi spécifié à la région ». Parmi les points forts de ce programme, déclare Derhem, il y a la création d’un bureau de contact à Laâyoune ayant pour mission de faciliter l’emploi des jeunes cadres, l’octroi aux jeunes des terres agricoles non-exploitées, ainsi que la résolution des problèmes qui existent dans le domaine de la pêche, ce qui encouragera l’investissement dans ce domaine.
De toutes les déclarations des candidats aux élections législatives à Laâyoune, il y a lieu de conclure que la principale revendication des électeurs de la région est l’emploi. Les candidats ont donc basé leurs programmes respectifs sur les propositions à même de remédier au problème du chômage.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *