L’enfant terrible de l’USFP

Juste après la scission avec le Parti de l’Istiqlal en 1959, l’Union nationale des forces populaires, s’est consacrée à la création d’une structure organisationnelle à même de réunir la jeunesse autour des positions du parti. Cette tâche a été confiée en 1961 à Mohamed Abed Jabri. Celui-ci faisait partie de l’équipe rédactionnelle du journal « Attahrir ». « Ech’chabiba Al Ittihadia » avait, donc, une fonction précise, celle de faire connaître les positions et idéaux du parti dans les domaines qui intéressent les jeunes ou que ces derniers fréquentent. Les milieux scolaires ( collèges, lycées , facultés et écoles de différents niveaux , hormis celles des enfants de bas âges), les syndicats, les associations, les clubs sportifs et le monde du travail(monde des ouvriers, fonctionnaires, employés et artisans) constituent les terrains de recrutement et d’action, par excellence. De 1961 à 1964, le flou théorique et politique planait encore au niveau de la mentalité dominante au sein du parti. Pour plusieurs jeunes, l’attraction sentimentale continue à être portée sur la lutte armée, le panarabisme de Jamal Abdennacer et le marxisme, réduit à son acception populiste. En 1965, suite au déclenchement des émeutes de Casablanca, feu Omar Benjelloun présenta au parti une plate-forme organisationnelle visant à le faire sortir de l’état d’anarchie à celui de l’encadrement contrôlé. Entre-temps, d’autres membres se frayaient leur chemin en direction du radicalisme. Dix ans, plus tard, le même Omar Benjelloun tentait de ramener la jeunesse et le parti à la clarification théorique et politique. Une semaine après son assassinat à Casablanca, ses amis lancèrent à Rabat le défi de la constitution effective de la J.I. Le secrétaire général de cette «association » n’étaient autre que cet homme qui allait présider, trois années plus tard, le congrès constitutif de la CDT. Abdelhadi Khairat a dû passer deux mandats avant de céder la place, en 1987, à Mohamed Sassi. En novembre 1998, Mohamed Hafid accède au poste de S.G. de cette jeunesse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *