L’enseignement face aux budgets

Le ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse, M. Habib El Malki, a annoncé, lundi, qu’une enveloppe budgétaire de 34 millions de dirhams sera allouée au renforcement des infrastructures du secteur de l’éducation et de la formation dans la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia Al Hamra, entre 2004 et 2006. Intervenant lors du conseil d’administration de l’Académie régionale d’Education et de Formation de la région (AREF), qui a adopté le projet du budget de l’académie pour 2004, le ministre a indiqué que son département va procéder, dans le cadre d’un partenariat avec le Conseil régional et les deux assemblées provinciales, à l’extension du réseau des classes de l’enseignement supérieur technique dans la région, à travers la création de nouvelles branches en adéquation avec les spécificités locales. Il a également appelé les différents intervenants à conjuguer les efforts afin de faire de la réforme du système de l’enseignement dans ces provinces un modèle à suivre. Lors de cette réunion tenue à Laâyoune, en présence notamment de MM. Mohammed Rherrabi, wali de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia Al Hamra et gouverneur de la province de Laâyoune, et Noureddine Lahbil, gouverneur de la province de Boujdour, le ministre a rappelé que le taux de scolarisation des enfants âgés de 6 à 11 ans dans la région a atteint 96% cette année. Le ministre a en outre évoqué les liens organiques existant entre l’éducation-formation et les secteurs économique, culturel et social, estimant que le succès du projet de réforme de l’éducation et de la formation est d’une importance capitale pour l’avenir. De son côté, le wali de la région a indiqué que la mise en place des Académies régionales de l’éducation et de la formation consacrent la politique de l’Etat en matière de décentralisation associant les potentialités économiques et sociales à la gestion de la chose locale. M. Rherrabi a, d’autre part, souligné la nécessité de doter la ville de Laâyoune, qui connaît un accroissement démographique rapide, en établissements d’éducation et de formation supplémentaires et en ressources humaines suffisantes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *