L’entraîneur pédophile

L’entraîneur pédophile

Passionné de football, Ilyasse, écolier de douze ans, a rejoint l’équipe de son quartier, Espoir d’El Qods sportif, de Ben Msik-Sidi Othman, à Casablanca. Il rêvait d’être un grand footballeur à l’instar de Youssef Hajji. Malheureusement son rêve s’écroula en un clin d’oeil. Comment et pourquoi ? Depuis qu’il a intégré les rangs de l’équipe du quartier, il n’a raté aucune séance d’entraînement, ni un match pour arriver à réaliser son rêve. Surtout que l’entraîneur, Omar, s’intéressait à lui et l’encourageait à faire mieux pour le réintégrer dans les rangs des minimes de l’équipe du Raja de Casablanca.
Certes, Ilyasse avait raconté à sa mère l’importance que lui accordait son entraîneur, et la promesse qu’il lui avait faite. En réponse, elle lui a demandé de s’intéresser à son entraînement et aux conseils de son entraîneur. Entre temps, l’entraîneur Omar, père de famille, a demandé à l’enfant de lui porter un extrait d’acte de naissance et deux photos d’identité. Il lui a expliqué qu’il avait déjà parlé de lui et de son talent aux dirigeants de l’équipe verte. Ils l’ont apprécié, lui a-t-il affirmé, et lui ont sollicité de l’emmener le plus tôt possible car l’équipe est en besoin de poulains qui rejoindront les années prochaines les rangs de l’équipe senior et pourquoi pas l’équipe nationale pour défendre le drapeau national. D’un mot à l’autre, l’enfant se plongeait dans un rêve sans limites. Ilyasse est retourné chez ses parents plein de joie. Il leur a relaté tout ce que lui avait promis son entraîneur. Craignant de tourner le dos à ses études, son père lui a expliqué qu’il fallait s’intéresser également à son avenir estudiantin.
Ilyasse lui a promis qu’il s’intéresserait à ses études et au football. Le lendemain, sa mère s’est rendue à l’arrondissement urbain pour lui préparer un extrait d’acte de naissance et l’a conduit ensuite chez le photographe. Le surlendemain, jeudi 24 juin, Ilyasse n’avait pas d’entraînement. Son entraîneur lui a déjà demandé de le rejoindre chez lui, puisqu’il n’habite pas loin, pour lui remettre les documents.
Seulement, il n’est retourné que plus d’une heure et demie plus tard. “Ou étais-tu tout ce temps ?“, lui a-t-elle demandé. L’enfant a rougi au départ avant de fondre en larmes. Étonnée, elle lui a demandé ce qu’il lui est arrivé. Il a continué à pleurer sans cesse. Elle a tenté de le calmer. Mais en vain. Qu’est ce que lui est arrivé ? Son entraîneur ne veut plus l’intégrer à l’équipe du RCA ? Pourquoi le lui avoir promis au départ ? “Non, maman, ce n’est pas cela, il m’a violé“, lui déclare-t-il enfin avec les larmes aux yeux. Elle ne l’a pas cru.
Comment un éducateur, père de famille, aurait-il commis un acte aussi ignoble contre un enfant ? Que doit-elle faire maintenant ? Aller chez l’entraîneur pour se rassurer de ce qui lui a raconté son fils ? Alerter la police ? “Non, non, je dois d’abord appeler mon mari“, pense-t-elle. Ce dernier est arrivé aussitôt sans tarder.
En entendant toute l’histoire, il a perdu ses nerfs au point qu’il a pensé aller se venger. Seulement, son épouse l’a empêché. Elle craignait que l’irréparable ne se produise. “Nous devons déposer plainte contre lui“, a-t-elle proposé. Convaincu de l’idée, il a conduit d’abord son fils chez un médecin qui l’a consulté.
Ce dernier a attesté que l’enfant a été bel et bien sodomisé. Les deux époux ont emprunté le chemin allant vers le commissariat de la police de Ben M’sik-Sidi Othmane. Les limiers n’ont pas perdu de temps pour se dépêcher chez le domicile de l’entraîneur. Omar est là, alors que sa femme et ses enfants sont absents. A-t-il violé l’enfant ? Il a répondu affirmativement. Entre temps, deux autres enfants ont été conduits par leurs parents. Le premier a échappé à une tentative d’attentat à la pudeur après avoir reçu la promesse d’être intégré dans les rangs du WAC, alors que le second a affirmé avoir entendu que son entraîneur était un pédophile. Et les autres enfants? Personne n’a avoué avoir été victime des avances de l’entraîneur Omar. Pourquoi violait-il les enfants alors qu’il est père de famille ? Sa réponse était surprenante.
L’histoire remonte à son enfance, raconte-t-il à la police, quand il a été abusé par un voisin du quartier. Une fois devenu adulte, il ne rate pas la moindre occasion pour se venger des enfants en abusant d’eux.
Omar, chez lequel les enquêteurs ont découvert les cartes de deux autres associations,“ Intissar sportif et Al Houda et développement“, a été traduit devant la chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca poursuivi en état d’arrestation pour attentat à la pudeur sur des mineurs de moins de 15 ans.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *