Les 4000 observateurs débarquent

Il y a des notions en vogue, sans que l’on sache pourquoi, sauf qu’elles sont à la mode. Parmi ces notions-là, l’observation des élections. Ce même concept est en train de s’installer ici après des appels au départ timides à la présence d’observateurs internationaux, pour les prochaines élections. Puis avec la création problématique d’ailleurs de l’Observatoire marocain des élections et finalement, l’annonce mardi de la naissance du collectif des associations pour l’observation des élections.
L’initiative émane d’un nombre d’associations d’extraction plutôt gauchiste. Avec en prime, Transparency Maroc qui veut que les prochaines élections soient transparentes…Il y a parmi les fondateurs du collectif Afak, Alternative, OMDH, AMDH, l’espace associatif, ADFM.
Kamal Lahbib qui a pris part aux discussions préliminaires et l’un des initiateurs du collectif, a annoncé qu’il va y avoir quatre mille observateurs pour les élections. On est en droit de se demander sur les critères de choix de ces observateurs et leur statut ? Parce que-là si on ne peut accepter des observateurs étrangers, comment les Marocains vont s’ériger en observateurs des autres Marocains ? Et puis ces quatre mille, observateurs vont-ils voter ou est-ce qu’ils feront bande à part ? Autrement dit, sont-ils des Marocains hors normes ?
Pour le collectif qui a travaillé sur la question des mois durant, ces questions ne se posent même pas. Il s’agit pour lui d’une action, qu’il veut se veut citoyenne.
Des experts internationaux ont été appelés à la rescousse pour monter ce projet. Et sans surprise aucune on retrouve l’institut national de démocratie, NDI, dont l’antenne marocaine est dirigée par Myriam Montague. L’institut américain a piloté entre autres la création du centre marocain des élections et il est maintenant aux côtés du collectif…
Comme quoi il n’y a pas plus proche que les extrêmes…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *