Les abattoirs de Casablanca cherchent toujours preneur

Les abattoirs de Casablanca cherchent toujours preneur

Les abattoirs de Casablanca ont toujours du mal à trouver un nouveau gestionnaire. Le second appel d’offres pour la gestion déléguée des abattoirs de Casablanca a été déclaré infructueux. Aucune des sociétés qui avaient retiré leur dossier de candidature n’a soumissionné «Il s’agirait d’une tactique de négociation, un moyen de faire pression», explique un responsable du Conseil de la ville de Casablanca. L’ouverture des plis a eu lieu le 25 mars dernier dans la salle des réunions de la commune urbaine de Casablanca. La société espagnole GVGB (Groupement de viande Gypisa Bejar ) qui est l’actuelle société délégataire continue de gérer l’établissement, du moins jusqu’au 18 mai prochain.Un nouvel appel d’offre devra être lancé pour trouver le futur délégataire. L’actuel contrat de gestion des abattoirs de Casablanca était arrivé à terme en mai 2007 et la société espagnole a vu son contrat prorogé.
«Contrairement au cahier précédent, le nouveau cahier des charges présente des clauses plus sérieuses qui répondent aux normes internationales», souligne la même source. Dans le cadre du nouveau contrat, la commune urbaine de Casablanca dispose de tout pouvoir de contrôle. Elle intervient dans le respect des clauses du contrat de gestion déléguée, de la bonne exécution du service public. La commune est ainsi plus attentive à l’abattage des animaux dans le respect des normes d’hygiène, le maintien des abattoirs en parfait état d’hygiène, la continuité du service ainsi que la conformité des prestations effectuées aux clauses du contrat. Selon le cahier des charges établi par la commission de ce dossier, l’exploitation des abattoirs de Casablanca comprend la gestion administrative et technique du service public ainsi que la mise en place d’une stratégie commerciale et d’un programme d’investissement. Ce programme permet ainsi d’apporter une plus-value aux abattoirs à travers l’amélioration de la qualité des services rendus aux clients, le développement des activités annexes (coupe, découpe, désossement, conditionnement et emballages des viandes et abats…) ,la diversification et la recherche de nouvelles clientèles en vue d’augmenter le tonnage abattu ainsi que le respect des normes d’abattage et de préparation des viandes rouges. Le futur délégataire devra réaliser des investissements  qui portent sur la réalisation d’une salle de vente, l’aménagement d’un marché des tripes, le renouvellement du matériel si les conditions l’exigent et la réfection des locaux. La durée du contrat est fixée à 10 ans, non renouvelable et ce à compter de la notification de l’ordre de service par le délégant. Par contre, la prolongation ne peut intervenir qu’une seule fois pendant toute la durée de la délégation et doit être justifiée dans un rapport établi par le délégant et faire l’objet d’un avenant au contrat de la gestion déléguée. Par ailleurs, le cahier des charges précise que toute opération d’abattage dans le périmètre urbain de Casablanca doit être effectuée à l’intérieur des abattoirs, exceptés les abattages effectués à l’occasion de l’Aïd Al Adha et des fêtes familiales. La commune urbaine de Casablanca émettra annuellement un ordre de recette à l’encontre du délégataire d’un montant annuel égal à 50% du chiffre d’affaires réalisé à titre d’activités annexes. Le versement de ces montants doit s’opérer au plus tard le 30 mars de chaque année. Les dépenses de fonctionnement relatives aux activités annexes sont à la charge exclusive du délégataire. Pour ces activités annexes, le montant annuel à verser à la commune ne peut en aucun cas être inférieur à 1.000.000 DH par année à verser par le délégataire au début de chaque exercice à la Trésorerie communale à partir de janvier 2009.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *