Les accidents cardiaques

Les risques d’accident cardiaque chez les personnes ayant subi une opération du coeur peuvent être réduits de plus d’un quart par la prescription, pendant un an après l’intervention, d’aspirine combinée au médicament clopidogrel (plavix), selon les résultats d’une étude annoncés lundi lors d’un congrès de cardiologie à Chicago (illinois).
L’étude menée pendant 12 mois a montré « une réduction de 26,9% des risques combinés de décès, infarctus du myocarde ou attaque vasculaire-cérébrale » associée à une thérapie à long terme utilisant le clopidogrel, selon les chercheurs dont les travaux sont publiés dans la revue américaine the journal of the american medical association datée du 20 novembre.
L’étude portait sur plus de 2.000 patients ayant subi une intervention coronarienne percutanée pour déboucher leurs artères et prévenir un accident cardiaque. Certains des malades avaient également reçu la combinaison de médicaments quelques heures avant l’opération, mais l’étude n’a pas démontré l’effet bénéfique de la thérapie dans ce cas-là. les travaux ont été menés par le dr steven steinhubl, de l’université de caroline du nord à chapel hill, et présentés lors du congrès de l’american heart association qui se tient à Chicago du 17 au 20 novembre.
« Notre principale découverte est que la poursuite d’une thérapie double avec le clopidogrel et l’aspirine pendant au moins un an, au lieu des deux à quatre semaines qui sont actuellement la norme, conduit à une réduction significative d’événements thrombotiques », c’est-à-dire la formation d’un caillot dans l’appareil circulatoire, écrit le dr steinhubl.
L’étude a été financée par les groupes pharmaceutiques américain bristol-myers squibb et français sanofi-synthelabo qui ont co-développé le médicament commercialisé internationalement sous la marque plavix, source majeure de revenus pour les deux laboratoires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *