Les adolescents accros à Internet plus enclins à avoir le blues

Les adolescents accros à Internet plus enclins à avoir le blues

Les adolescents «dépendants» à Internet sont deux fois et demie plus susceptibles d’être en proie à la dépression que leurs congénères surfant sur le web d’une manière normale et contrôlée, révèle une étude scientifique publiée lundi aux États-Unis. Pour réaliser cette étude, dévoilée dans la revue Archives of Pediatric and Adolescent Medicine, 1.041 adolescents de la province de Guangzhou, dans le sud de la Chine, ont été interrogés sur leur utilisation d’Internet. Les chercheurs voulaient en particulier identifier les usages pathologiques de la toile et traquaient les signes d’anxiété et de dépression. La vaste majorité des ados plus de 940 surfaient sur le web de manière normale mais 62 (6,2%) ont été identifiés comme des internautes pathologiques et deux (0,2%) comme des internautes «gravement pathologiques». Neuf mois plus tard, l’état psychologique des jeunes a été évalué à nouveau. Les scientifiques ont alors constaté que les ados utilisant Internet d’une manière incontrôlée ou déraisonnée était environ 2,5 fois plus nombreux à être susceptibles de s’enfoncer dans la dépression que les internautes normaux. Même chez les jeunes particulièrement stressés par leurs études, les accros au web étaient toujours une fois et demie plus nombreux à se sentir déprimés par rapport à ceux qui contrôlent leur usage d’internet. «Ce résultat suggère que les jeunes gens qui n’ont à la base aucun problème de santé mentale, mais qui surfent de manière pathologique, pourraient sombrer dans la dépression en raison de leur dépendance à Internet», ont déclaré les auteurs de l’étude.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *