Les associations de jeunes en quête de fonds

Jeunesse et ambition. Les deux composantes ne peuvent apporter leur fruit que s’il y a soutien financier. Une preuve ? Le Forum jeunes et développement qui se tient aujourd’hui et demain au Centre des expositions de l’Office des changes à Casablanca. De 9h30 à 19h, cet événement qu’organisent la CGEM (commission « entreprise et proximité sociale) et la Banque mondiale, en partenariat avec le ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, servira d’espace de découverte de plusieurs projets que devront exposer les associations de jeunes. Santé, éducation, formation, développement rural… autant de sujets d’intérêt pour autant de jeunes qui veulent bouger et faire bouger les choses. Le but des partenaires n’est autre que d’encourager ces jeunes à produire, à innover et à concrétiser leurs projets. Un programme d’action, «Innovation et proximité sociale», a été spécialement concocté par les deux parrains, depuis avril dernier, en vue de mettre les initiatives sur les rails. Les organisateurs comptent ainsi offrir leur appui aux associations urbaines et rurales. Sur les 201 propositions reçues, seuls 56 projets, dont 25% provenaient du milieu rural, ont été sélectionnés. Les associations bénéficiaires se répartissent entre Casablanca (14), Marrakech (14), Agadir (8), Mohammedia (8), Fès (5), Rabat-Salé et Tanger (3), et Errachidia (1). Le Forum donne donc l’occasion aux jeunes de ces associations de rencontrer des bailleurs de fonds, dont la Banque monddiale et ses partenaires. Ils auront à les convaincre par leur créativité, mais aussi par le rôle incontournable qu’ils devront jouer dans le développement social. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a eu d’autres critères ayant légitimé le choix du jury composé de représentants des deux organismes parrains et de la société civil. La Banque mondiale a mis en exergue dans son bulletin trimestriel d’analyses économiques que le choix a été dicté également par la dimension géographique du projet (existence de relais régionaux de la CGEM), l’engagement des entreprises dans les régions cibles, la mise en place de réseaux associatifs actifs, le soutien des institutions locales pour faciliter certains accès. L’association conceptrice du projet doit avoir une existence d’une durée maximale de dix ans. Ce n’est pas la première fois que les entreprises viennent en aide aux associations. Ce Forum est le troisième du genre qu’abrite Casablanca. Ce qui marque cette édition, c’est l’entrée de la Banque mondiale en tant que bailleur de fonds ainsi que les départements du développement social de l’OCP, de la CDG et de la Banque populaire. Un fonds commun de pas moins de 3 millions de dirhams a été créé pour le financement des projets à hauteur de 30 à 40% du total du budget pour chacun. Le reste sera pris en charge par les entreprises qui seront présentes au Forum et montreront, bien sûr, leur intérêt pour l’un ou l’autre projet. Au cours des deux mois à venir, le décaissement des fonds pourra avoir lieu. Un coup de pouce qui représente beaucoup pour les jeunes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *