Les buveuses de café mieux protégées de l’AVC

Les buveuses de café mieux protégées de l’AVC

Les femmes qui aiment prendre un café tous les jours vont se réjouir: selon une nouvelle étude suédoise, celles qui boivent au moins une tasse de café quotidiennement voient le risque de faire un accident vasculaire cérébral diminuer de 22 à 25%, comparé à celles qui en ont bu moins ou pas du tout. Les résultats des travaux de l’Institut Karolinska sont publiés sur le site de «Stroke», une revue de l’Association américaine de cardiologie (AHA). Le café a souvent la réputation d’être potentiellement mauvais pour la santé, rappelle le Dr Sharonne Hayes, cardiologue à la clinique Mayo de Rochester (Minnesota). Or, il n’existe réellement aucune étude qui en apporte la preuve. «Si vous êtes en train de boire du café, vous pouvez vous faire du bien et probablement pas de mal», selon elle. Toutefois, le Dr Hayes et d’autres médecins jugent que cette étude suédoise ne doit pas inciter les non-buveurs à se précipiter dans un café. Car il n’est pas démontré que le café diminue le risque d’AVC, mais que les buveuses de café ont un risque moindre. «Les enquêtes épidémiologiques de ce type sont convaincantes, mais elles ne donnent pas la raison», fait valoir le Dr David Seres, directeur du centre de nutrition au Collège des médecins et des chirurgiens de l’université new-yorkaise de Columbia. Dans cette dernière étude en date, les chercheurs ont suivi 34.670 Suédoises âgées de 49 à 83 ans pendant environ dix ans. Elles étaient interrogées sur la quantité de café consommé quotidiennement en début d’étude. Les scientifiques ont ensuite analysé les dossiers hospitaliers pour déterminer le nombre d’AVC survenus après. Au total, 1.680 accidents vasculaires cérébraux ont été recensés, dont 205 chez les femmes qui buvaient moins d’un tasse par jour, ou aucune. Les chercheurs ont pris en compte les facteurs de risque d’AVC, notamment le tabac, le poids, l’hypertension artérielle et le diabète, et ont encore trouvé un risque plus faible chez les buveuses de café, à risque égal par ailleurs. Selon Susanna Larsson, le bénéfice est donc avéré, que les femmes boivent une ou plusieurs tasses de café quotidiennement. La chercheuse suédoise, dont une étude précédente avait mis en évidence le lien entre la consommation de café chez les fumeurs finlandais et la diminution du risque d’AVC, a observé qu’il fallait plus de recherches pour comprendre les mécanismes de cet effet. Le café pourrait réduire l’inflammation et améliorer la sensibilité à l’insuline, dit-elle, ou bien il pourrait avoir un effet antioxydant. Susanna Larsson et ses collègues soulignent que le meilleur moyen de diminuer les risques d’AVC est de se tourner vers les méthodes validées: ne pas fumer, faire contrôler sa tension artérielle et surveiller son poids.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *