Les casbahs, un monde enchanteur

Dans un article paru dernièrement dans le supplément «de Viaje » (en voyage) sous le titre « les fabuleuses forteresses du Maroc », le journal relève qu’à la croisée des chemins entre les vallées du Dadès, Ziz et Darâa, la ville d’Ouarzazate marque le point fort d’un périple à travers la région, qui éblouira le voyageur par la présence de deux magnifiques casbahs: Taourirt et Aït Benhadou. La casbah d’Aït Benhadou, qui fut le décor de nombreux films, dont «Laurence d’Arabie », a été déclarée en 1987 par l’UNESCO, patrimoine universel, a-t-il ajouté. Le quotidien souligne également l’enchantement des vallées, des gorges, des oasis et des dunes dont regorge cette région du sud du royaume. Evoquant les fameux studios de ciné d’Ouarzazate, le quotidien rappelle le tournage de plusieurs productions cinématographiques européennes et américaines dans la région, notamment « El Cielo Protector » (le ciel protecteur) du réalisateur italien Bertolucci, et « Kasbah » de l’espagnol Mariano Barroso. Citant le ministère marocain de la culture, «Reforma» fait remarquer que cette région du sud du royaume abrite quelque 255 casbahs, dont la majorité a été construite au XIXe siècle et durant la première moitié du 20e, alors que les plus anciennes datent du XVIIe siècle. Par ailleurs, la publication mexicaine fait état du délabrement où se trouvent certaines casbahs, mettant l’accent sur les louables initiatives, aussi bien de l’Etat que du secteur privé, en vue de leur réhabilitation. Outre ces mesures, le quotidien souligne la création en 1987, par le gouvernement, du centre des études pour la réhabilitation des casbahs du Sud (Cerkas), dont l’objectif est de mettre en relief le cachet culturel et architectural ainsi que la vocation touristique de ces constructions très anciennes, et de collaborer activement avec de nombreuses organisations internationales, en vue d’arrêter la détérioration de certaines d’entre elles à la faveur d’opérations de restauration. D’autre part, « Reforma » relève la régularité des liaisons aériennes assurées par les grandes compagnies internationales et des vols charters, à destination du royaume. Le quotidien explique, à cet égard, que le Maroc dispose d’un nombre important d’aéroports internationaux implantés dans différentes villes du royaume, notamment Casablanca, Rabat-Salé, Tanger, Tétouan, Nador, Oujda, Fes, Marrakech, Agadir, et Laâyoune, et qui reçoivent quotidiennement plusieurs vols en provenance des quatre coins du monde. L’article, illustré de photos de Casbahs de Skoura et de Telouet, fournit des renseignements utiles concernant la monnaie nationale, le climat, les adresses des hôtels, et de certains sites-web.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *