Les chasseurs de têtes gagnent du terrain

Les chasseurs de têtes gagnent du terrain

Évolution du marché de l’emploi oblige, de nouvelles méthodes de recrutement sont en train de s’installer dans notre pays. Aujourd’hui, outre les cabinets de recrutement, certaines grandes entreprises font de plus en plus appel à des chasseurs de têtes. En effet, ces conseillers en recrutement ont actuellement le vent en poupe. Ils sont sollicités pour les postes de haut niveau.
Certaines entreprises qui recherchent des salariés expérimentés, avec un profil très particulier, préfèrent ainsi ne plus recourir à la diffusion d’annonces et font plutôt appel aux chasseurs de têtes. Compte tenu des honoraires pratiqués, les sociétés qui investissent dans ce mode de recrutement sont généralement à la recherche de cadres-dirigeants aux profils très pointus.
Un chasseur de têtes est donc un conseiller en recrutement, spécialisé dans la recherche de profils rares. La mission principale du chasseur est de définir le profil du candidat idéal.
La première étape est de décrire le profil recherché avec le chef de l’entreprise. Ensuite, le chasseur de têtes établit la liste des concurrents de l’entreprise, chez qui bien évidemment il ira chercher la perle rare. Ainsi, et comme son nom l’indique, un chasseur de têtes ne “chasse“ pas un emploi mais des profils : plutôt des cadres de haut niveau au parcours brillant ou des spécialistes pointus. Ce type de recruteur prospecte essentiellement, et en toute discrétion, pour le compte d’une entreprise.
En passant par son intermédiaire, un patron s’évite ainsi une perte de temps, voire une erreur de casting qui pourrait lui coûter encore plus cher. Les candidats dont les têtes sont mises à prix ont  généralement trois à quatre ans d’expérience et un parcours professionnel intéressant. Si le candidat en question a fait une grande école, c’est un atout de plus.
Les cabinets de recrutement disposent par ailleurs d’un fichier de candidats potentiels dans lequel ils puisent pour trouver le profil recherché. Envoyer son CV peut ainsi se révéler une bonne façon de se faire chasser.
En effet, si vous souhaitez être repéré par un chasseur de têtes, il ne faut donc pas hésiter à envoyer des candidatures spontanées aux cabinets de recrutement et à répondre systématiquement à leurs annonces. Même si vous n’êtes pas retenu, votre candidature est généralement conservée, classée et référencée dans la base de données du cabinet, qui pourra éventuellement vous solliciter pour un autre poste.
De toutes les manières, même si vous n’êtes pas sélectionné, vous n’aurez pas perdu votre temps. Vous aurez réfléchi à votre projet professionnel, passé un ou plusieurs entretiens et ajouté un bon contact dans votre carnet d’adresses. Il faut, par ailleurs, contacter régulièrement le cabinet afin de lui signaler toute évolution dans votre parcours professionnel. Mais une telle démarche n’est pas toujours suffisante. Pour attirer l’attention, il faut en plus se transformer en as des relations publiques. Il existe d’ailleurs maintes techniques pour se faire repérer. Congrès et salons sont des tremplins de choix. Les chasseurs de têtes y sont souvent présents à la recherche de candidats potentiels. Une fois le contact établi, le candidat n’a plus qu’à mettre tous les atouts de son côté pour séduire l’entreprise qui embauche.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *