Les chauffe-eau toujours aussi meurtriers

Les chauffe-eau toujours aussi meurtriers

Les chauffe-eau à gaz tuent chaque année des dizaines de personnes. Mardi dernier, un couple est mort  asphyxié à Tétouan. La cause : une fuite de gaz butane  provenant d’un chauffe-eau. Selon la police, l’absence d’aération du domicile des  victimes et l’emplacement de la bonbonne de gaz dans un endroit quasi-fermé sont  à l’origine de ce drame. Les corps des deux victimes ont été évacués vers la morgue de l’hôpital provincial Saniat Rmel à Tétouan pour autopsie.

Suite au danger que présentent ces appareils, le Centre antipoison du Maroc (CAPM) vient d’émettre une alerte  dans le dernier numéro de sa publication officielle «Toxicologie Maroc»  du 3ème trimestre 2013. En 2012, le CAPM a recensé 2.346 cas   d’intoxications par le monoxyde de carbone (CO) dont 21 décès. Dans 78% des cas, il s’agit d’un usage non sécuritaire des chauffe-eau. 

Comparée à la France, la situation au Maroc  est davantage alarmante. Dans l’Hexagone, les auteurs ont observé que l’utilisation de chauffe-eau  et d’unités de chauffage fonctionnant au gaz était responsable de 53% des expositions rapportées. Le CAPM tient à signaler que la mise en fonction des chauffe-eau dans des conditions non appropriées, notamment l’absence d’une aération suffisante, est à l’origine des problèmes d’intoxication.

A noter que dans 91% des cas, les intoxications ont lieu à domicile.  Pour éviter ce genre d’incidents, le CAPM invite    les utilisateurs à tenir compte des normes d’applications obligatoires (voir encadré). Le Centre recommande vivement aux utilisateurs d’acheter un chauffe-eau qui répond aux normes de sécurité. Avant l’installation de l’appareil, il est fortement conseillé de lire la notice technique et d’emploi. L’installation doit être confiée à un professionnel qualifié et il ne  faut surtout pas  installer le chauffe-eau dans un endroit fermé qui n’est pas bien aéré. Enfin , le CAPM recommande d’installer une canalisation adaptée pour l’évacuation des gaz brûlés à l’extérieur.

Rappelons que le monoxyde de carbone ne se reconnaît   ni par l’odeur, ni par la couleur et l’intoxication qu’il provoque ne se manifeste pas non plus par des signes annonciateurs. Le monoxyde de carbone peut provoquer deux types d’intoxications : faible ou chronique et grave. L’intoxication faible ou chronique se manifeste généralement par des maux de tête, des nausées et de la fatigue. Quant à l’intoxication grave, celle-ci est plus rapide, elle entraîne des vertiges, des troubles du comportement, des pertes de connaissance, le coma ou le décès.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *