Les conseillers clôturent leur session

La Chambre des conseillers a clos mardi sa session d’octobre de la 5ème année législative.
Une séance de clôture qui a suscité le déplacement du Premier ministre, Abderrahmane Youssoufi, accompagné de plusieurs membres du gouvernement, auquel députés comme conseillers reprochent un certain manque d’assiduité à la coupole. Les conseillers en sont venus donc au terme d’une session qui aura été marquée par de nombreuses attaques directes contre la deuxième chambre, souvent taxée d’être «une simple chambre d’enregistrement». C’est sans doute sur fond de cette levée de boucliers que le président de la Chambre, Mustapha Okacha a choisi d’entamer son allocution de clôture par une référence au système du bicamérisme qui, a-t-il dit, consolide le rôle du parlement marocain et partant élargit le contrôle objectif des actions du gouvernement. Voilà qui est rappelé. En témoigne, semblait dire M. Okacha, un exercice qualifié d’ « assez bien » de la chambre qui, même si elle a dû consacrer une grande partie de ses travaux à l’examen de la loi de finances, aura quand même pu adopter 11 textes se rapportant à la loi de finances et aux questions sociales outre d’autres projets relatifs à la moralisation de l’administration et des finances. En attendant, plusieurs textes de loi sont toujours en examen au niveau des commissions permanentes et devraient, selon le président de la Chambre des conseillers, être soumis soit à la prochaine session extraordinaire ou proposés pour le début de la session printanière.
Toujours sur le plan du bilan, le contrôle hebdomadaire par le biais des questions orales des conseillers aura permis d’apporter des réponses à quelque 155 questions, dont une vingtaine d’actualité. Un «dynamisme» qui ne doit pas occulter la nécessité de réorganiser le dispositif des questions orales «pour plus d’efficacité dans l’exercice des droits constitutionnels».
La session de la Chambre des conseillers se termine sur fond du discours de SM le Roi à l’occasion de la présentation de la lettre royale adressée au Premier ministre, relative à la gestion déconcentrée de l’investissement. Des orientations royales qui interpellent fortement la chambre constituée de représentants des différents secteurs économiques et auxquelles M. Okacha attribue une valeur de «force morale pour la chambre», invitant les conseillers à s’inspirer de l’esprit et des objectifs de la lettre.
La session a d’autre part été marquée par des activités de la chambre sur le plan maghrébin et africain à travers l’initiative d’abriter la 6-ème session du conseil de la choura maghrébin et la réunion régionale du forum parlementaire africain sur l’habitat, dont les travaux ont été sanctionnés par la déclaration de Rabat.
Enfin, au niveau de la diplomatie, le bureau de la chambre a appelé à la tenue en février prochain d’une conférence sur la diplomatie parlementaire, en collaboration avec le Sénat français.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *