Les défis des flux migratoires

Lors d’une rencontre, qui a réuni le directeur général de l’Organisation internationale pour les migrants, Brunson Mc Kinley avec les membres du CCDH, le président du Conseil précité et président du Comité international de coordination des institutions nationales de promotion et de protection des Droits de l’Homme (CIC), Driss Dahak, a donné un aperçu sur le fonctionnement du CCDH, la composition de ses membres et sa mission.
Cette institution nationale, a-t-il souligné, a été créée par feu SM le roi Hassan II pour jouer un rôle intermédiaire entre la société civile et les décideurs politiques. Cet organisme a pour mission notamment de protéger les droits de l’Homme, de promouvoir l’éducation en la matière et d’améliorer la législation nationale relative aux droits de l’homme afin qu’elle soit conforme à la législation internationale, a-t-il ajouté.
Après avoir rappelé que le Maroc compte une importante communauté à l’étranger, M. Dahak a souligné la disposition du CCDH à coopérer avec l’OIM dans le but de protéger les droits des membres de cette communauté dont l’apport au développement du pays est incontestable. Il s’est, par ailleurs, longuement attardé sur la mission de la commission d’arbitrage indépendante chargée de déterminer les indemnisations pour les préjudices matériel et moral au profit des victimes et ayant droit concernant les dossiers des disparus et des personnes ayant fait l’objet de détention arbitraire. Cette commission, a-t-il dit, a pu régler, jusqu’à présent au moins un millier de dossiers, précisant que les neuf membres de la commission ont reçu 5127 dossiers et auditionnent entre 140 et 150 personnes par semaine. De son côté, M. Mc Kinley a souligné la complexité des dynamiques migratoires dans le monde. Ces flux migratoires, a-t-il fait observer, posent nombre de défis à tous les acteurs impliqués, qu’ils soient gouvernementaux, non-gouvernementaux, locaux, régionaux ou internationaux. Le directeur général de l’OIM, s’est dit, par ailleurs, disposé à renforcer davantage la coopération avec le Maroc, rappelant que l’un des soucis de son organisation est de consolider le dialogue avec les pays de la Méditerranée occidentale afin d’initier une plate-forme de discussions régulières sur les questions migratoires.
Créée, il y a 50 ans, l’OIM compte, jusqu’à décembre 2001, 91 membres, dont le Maroc, et 37 pays ayant un statut d’observateurs.
Elle a assisté plus de 11 millions de migrants dans le monde.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *