Les droits des migrants au centre de la réflexion

Les migrants légaux contribuent au développement et à l’épanouissement à la fois des sociétés d’accueil et d’origine, a indiqué, lundi à Rabat, Youssef Amrani, ambassadeur directeur général des relations bilatérales au ministère des Affaires Etrangères et de la coopération.
Intervenant à l’ouverture de la première réunion d’experts Européens et Africains sur la migration légale qui se tient en préparation de la 2ème réunion ministérielle euro-africaine sur la migration et le développement, prévue les 20 et 21 octobre à Paris, M. Amrani a ajouté que « la mobilité de la main d’oeuvre reste un élément clé de la croissance économique et de la prospérité des pays développés tout en favorisant le développement des pays d’origine des migrants ».
Les mesures destinées à faciliter l’entrée et le séjour des migrants africains hautement qualifiés en Europe doivent viser à assurer un recrutement éthique et garantir en premier lieu que la fuite des cerveaux n’affecte pas les secteurs qui connaissent une pénurie de main d’oeuvre, a-t-il souligné. M. Amrani a appelé, dans ce cadre, à une amélioration des informations sur les opportunités de travail qu’offrent les pays européens aux candidats africains à la migration légale pour qu’elles puissent profiter tant à l’Afrique, à l’Europe qu’aux migrants légaux eux-mêmes. Dans une déclaration à la presse, l’ambassadeur de l’Italie au Maroc, Giuseppe Pinocchia a affirmé que «c’est seulement avec une politique qui nous permet d’avoir des mouvements migratoires qui soient bénéfiques pour l’Europe et pour l’Afrique qu’on peut aider les pays africains à se développer». Pour M. Pinocchia, les migrants doivent avoir la certitude qu’ ils peuvent évoluer sur un pied d’égalité que les nationaux des pays d’accueil.
Organisée sous la coprésidence des gouvernements marocain et italien, avec le soutien de la commission européenne, cette réunion d’experts a pour but de formuler des recommandations à même de tracer le cadre futur d’une coopération en matière de migration légale permettant de faire face à la problématique migratoire et de définir des outils concrets au service de la migration légale. Cette rencontre de deux jours offre une opportunité pour examiner les questions liées au phénomène migratoire notamment la coopération en matière de migration légale, la facilitation de la circulation des travailleurs et personnes migrantes, la migration circulaire des travailleurs saisonniers et autres catégories de personnes, les structures locales et nationales d’intermédiation pour l’information et le placement à l’international et la protection sociale des travailleurs migrants. Ont pris part à cette réunion de hauts responsables chargés des questions relatives à la migration légale aux ministères des Affaires étrangères, du Travail et de l’Intérieur de 27 pays africains et 30 pays européens ainsi que des experts et des chercheurs en migration dans les pays partenaires du processus euro-africain sur la migration.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *