Les enseignants interpellent Jettou

Les enseignants interpellent Jettou

Après plusieurs sit-in désespérés, les titulaires du Doctorat français durcissent le ton. Ces enseignants-chercheurs observent depuis mercredi dernier une grève de la faim illimitée en signe de protestation contre ce qu’ils qualifient de "politique des demi-mesures prônée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique" dans le traitement de leur dossier. «Etant donné l’évolution inquiétante du dialogue à propos de la question de l’équivalence du Doctorat français, l’assemblée générale nationale des enseignants chercheurs affiliés au SNE Sup a décidé d’entamer une grève de la faim illimitée jusqu’à satisfaction de nos revendications», déclare Mohamed Mahassine, gréviste et président de l’AMECLUF (Association marocaine des enseignants-chercheurs lauréats des universités françaises).
Outre la grève de la faim, les 1 697 concernés annoncent d’autres actions de protestation ; à savoir l’arrêt total de toute activité d’enseignement et d’encadrement des Masters. Les protestataires revendiquent le "droit au grade de professeur de l’enseignement supérieur et la préservation de l’intégrité de l’ancienneté acquise depuis leur recrutement en 1975". A ce sujet, ils rejettent catégoriquement les accords conclus entre le Bureau national du SNE Sup et le ministère de tutelle (Lire également pages 20 et 21). Les intéressés font référence à la condition du concours pour accéder au PES.
«Cette condition est en contradiction avec les dispositions du statut du 17 octobre 1975 dans le cadre duquel nous nous étions recrutés», s’indignent les protestataires. En vertu de ce statut, les enseignants-chercheurs titulaires du Doctorat français sont recrutés en tant que maîtres de conférence avant de pouvoir prétendre, quatre années plus tard, au grade de professeur de l’enseignement supérieur. Pour l’AMECLUF, il s’agit d’une grave violation de la loi de la part du ministère, puisque le problème de l’équivalence doit être résolu avant le recrutement.
«Tout ce que nous attendons de M. El Malki, c’est d’honorer les engagements du gouvernement et de ne pas fuir ses responsabilités», réclame M. Mahassine.
Sur ce dossier, le ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique était clair mercredi dernier.  La question a été soulevée, ce jour-là, à l’occasion de la conférence de presse organisée sur l’interaction université-environnement économique, M. El Malki a affirmé ne reconnaître comme interlocuteur que le SNE Sup (Syndicat national de l’enseignement supérieur) pour discuter du problème des enseignants-chercheurs lauréats des universités françaises. Un message clair et sans équivoque à l’AMECLUF qui a lancé un appel "urgent au Premier ministre pour intervenir en vue de trouver une solution à un préjudice qui n’a que trop duré". Considérés comme simples professeurs assistants bien qu’ils soient titulaires du Doctorat français, diplôme reconnu dans le monde entier, ces enseignants-chercheurs n’ont ni le droit de postuler au poste de doyen ni à d’autres responsabilités administratives au sein de l’université.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *