Les festivités du Nouvel An

Rassemblements cérémonials en tous genres, feux d’artifices, prières, etc.
Le passage à la nouvelle année a été célébré dans les règles de l’art à travers le monde, avec l’espoir que 2002 emprunte le chemin de la paix et de la prospérité.
À Casablanca, la veille du nouvel an, les grandes surfaces de vente, les supermarchés et les pâtisseries ont connu une grande affluence. Les familles ont fait le déplacement pour s’approvisionner de tout ce qu’il faut pour fêter la nuit de la Saint-Sylvestre. Pendant toute la soirée, la circulation dans la ville a connu un encombrement énorme. Aucun incident n’a été enregistré, hormis certains cas d’accès d’alcool, certains sont sortis, tard dans la nuit, complètement saouls.
En Europe, la nuit de la Saint-Sylvestre a été historique. Comme un seul homme, 12 pays de l’Union européenne ont levé le rideau sur le dernier acte de la pièce «euro», pour offrir à leurs 304 millions de citoyens, dès minuit, une distribution unique: sept billets appelés à remplacer les monnaies nationales de leurs créateurs aux côtés de huit pièces, qui trépignaient dans les coulisses depuis la mi-décembre.
À New York, 500.000 personnes ont afflué vers Times Square pour voir descendre, à minuit, la célèbre boule de cristal marquant l’entrée dans la nouvelle année. Entre émotion et joie, elles ont tourné la page d’une année dramatique, dans un froid glacial, rendant hommage aux victimes des attentats du 11 septembre, sous la surveillance de quelque 7.000 policiers.
Mais, dans certains pays, les festivités de la nouvelle année ont dégénéré. Dans d’autres, les incendies ont gâché la joie de la fête. En Belgique, l’excès d’alcool a conduit à l’hôpital une vingtaine d’adolescents qui avaient participé à un réveillon à Courtrai en Belgique.
Aux Philippines, les balles perdues et les pétards ont fait un mort et près de 500 blessés à l’occasion du réveillon du Nouvel An. Le Pérou a vécu un Nouvel An de deuil et de chagrin après le gigantesque incendie qui a ravagé samedi plusieurs pâtés d’immeubles, d’échoppes d’articles de pyrotechnie dans le centre de Lima, faisant selon le dernier bilan officiel 270 morts.
En Australie, quelque 150 maisons ont été ravagées par les incendies, qui ont brûlé 300.000 hectares, dévastant des parcs nationaux, des fermes et tuant des milliers de moutons.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *