« Les frontières ne pourraient jamais être hermétiques »

L’ambassadeur du Maroc en Espagne, Abdessalam Baraka, a estimé, dans un entretien accordé à Radio “Cadena SER”, qu’une attaque américaine contre l’Irak « radicaliserait n’importe quel mouvement extrémiste dans le monde arabo-islamique ». Le chef de la mission diplomatique marocaine à Madrid a ajouté que ce conflit ne doit pas être considéré comme une confrontation du monde islamique avec le reste du monde, comme ce fut le cas le 11 septembre. Il s’agit, a-t-il expliqué, de « paix face à la guerre, de sécurité face au terrorisme ».
S’agissant de la position du Maroc sur ce conflit, Baraka a précisé que « le Royaume défend la légalité internationale et que toute action doit être menée dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU ».
En ce qui concerne les relations bilatérales, l’ambassadeur marocain a passé en revue lors de son entretien avec la chaîne de Radio espagnole privée certains dossiers desdites relations. Dans le domaine de l’immigration, Baraka a réitéré que le Maroc travaille « conjointement » avec l’Espagne pour faire face au problème de l’immigration. Il a aussi parlé du projet de la nouvelle loi sur l’immigration en annonçant que « selon ce texte, actuellement en délibération au Parlement, les trafiquants d’immigrants dont l’action provoque des victimes mortelles seront condamnés à l’emprisonnement à perpétuité ». Pour ce qui est du problème des « frontières », Baraka a rappelé que ce sujet est l’un des plus délicats points de différend qui se présentent aux deux parties au moment d’entamer des discussions sur le problème de l’immigration clandestine du Maroc vers l’Espagne.
À ce propos, il a affirmé que « les frontières ne pourraient jamais être hermétiques ». L’exemple le plus significatif dans ce cas, a-t-il dit, est celui du Mexique et des Etats-Unis.
L’ambassadeur marocain a tenu à expliquer à l’opinion publique espagnole que les relations entre le Maroc et l’Espagne ont pris un nouveau cap au moment où Sa Majesté le Roi a pris la décision d’autoriser les pêcheurs galiciens sinistrés par la marée noire d’opérer dans les eaux marocaines. Le geste solidaire de Sa Majesté le Roi « a permis une réouverture dans les relations avec l’Espagne », a-t-il dit.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *