Les marchés boursiers et le pétrole reculent, l’or montent

Après avoir démarré la journée mollement, les places boursières européennes ont reculé après l’annonce d’une première explosion dans le métro de Londres, un recul qui s’est accentué à mesure que la police britannique rapportait d’autres explosions à la fois dans le métro londonien ainsi que sur le réseau des autobus.
S’exprimant depuis Gleneagles où se tenait le sommet du G8, le Premier ministre britannique Tony Blair a indiqué qu’"une série d’attaques terroristes" avaient fait des victimes.
Un peu après 11H00 GMT, la Bourse de Londres affichait une chute de 3,26% après avoir ouvert en baisse de seulement 0,18%.
Toutes les autres places boursières européennes se repliaient dans le sillage du marché boursier londonien qui baignait la veille en pleine euphorie après la victoire de la capitale britannique pour l’organisation des Jeux olympiques de 2012.
A Francfort, l’indice phare de la Bourse perdait 2,86%, Paris lâchait 3,40% et Zurich 1,97%. La tendance était identique à Amsterdam (-3,08%), Madrid(-3,77%), Milan (-3,95%) ou Stockholm(-3,09%).
Sur le marché des changes, le dollar et la livre sterling ont baissé après les explosions tandis que le franc suisse, toujours recherché par les investisseurs en cas d’attaques terroristes ou de tensions géo-politiques, a progressé.
Vers 11H00 GMT, le franc suisse s’échangeait à 1,2894 franc suisse pour un dollar contre 1,3050 franc suisse deux heures plus tôt.
L’euro a progressé face à la livre sterling, jusqu’à 0,69 livre sterling contre 0,68 la veille. Mais la livre s’est légèrement reprise après la décision à 11H00 GMT de la Banque d’Angleterre de garder ses taux d’intérêt inchangés à 4,75%. Juste après cette décision, l’euro se négociait à 0,6870 sterling.
La livre, première frappée par les inquiétudes, était "particulièrement sous pression face au franc suisse", a expliqué Daragh Maher.
"Il y a une grande incertitude sur le marché", a noté Steven Saywell, économiste à la Citibank à Londres, pour expliquer les mouvements sur les devises et sur les marchés boursiers.
"La réaction initiale qui a frappé la livre et soutenu le franc suisse par exemple, est très typique, c’est la réaction face aux incertitudes", a-t-il ajouté.
L’or a également joué son rôle de valeur refuge et l’once de métal fin a bondi de 423,50 dollars mercredi à 427,85 dollars jeudi à mi-journée à Londres.
Le pétrole, dont le prix du baril a battu jeudi des records, a chuté après les explosions. Le prix du brut porté depuis quelques jours par les tempêtes dans le Golfe du Mexique et qui avait atteint, pour la qualité américaine, les 62,10 dollars le baril avant de refluer à 57,60 dollars vers 11H00 GMT.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *