Les objectifs de la réforme de l’enseignement supérieur public

La loi n° 01-00 portant sur la réforme de l’enseignement supérieur précise en plus de 100 articles ses principes et objectifs. Les premiers articles ont trait à la valorisation de l’enseignement de la langue arabe et l’encouragement des études sur la culture amazighe. L’article 3 précise que l’université doit établir des passerelles entre l’enseignement qu’elle dispense et son environnement socio-culturel. C’est un article important de la réforme dans la mesure où il vise l’insertion des jeunes dans le monde de l’emploi. L’article 7 est très innovateur. Il encourage les universités à commercialiser des produits et à créer des partenariats avec les entreprises. Cet article ne mentionne pas le genre de produits et de services dont les universités peuvent espérer un revenu. L’article 8 organise l’enseignement au sein des universités en filières et modules.
Ce modèle d’enseignement existe en France. Le module se constitue d’un ensemble de cours spécialisés dans un domaine précis. Ces cours s’intègrent à un réseau global: la filière. Un module de sémantique, par exemple, dépend de la filière linguistique. L’article 15 rend désuète l’appellation recteur d’une université. C’est désormais un président qui sera nommé à la direction de chaque université. L’article 18 précise que l’université recevra désormais une subvention de l’Etat qu’elle complétera par les revenus que génère la vente de ses produits. C’est ainsi qu’on peut résumer les principales réformes de l’enseignement supérieur public. Les autres articles concernent l’enseignement supérieur privé et l’organisation de la vie des étudiants dans les établissements et les cités universitaires. Il apparaît à la lecture des articles de la réforme que l’université ressemblera de plus en plus à une entreprise.
Cette réforme ne fait qu’une mention très vague de la recherche. Or, c’est de la recherche qu’il est question dans toutes les universités du monde. Doit-on sous prétexte de préparer les étudiants au monde de l’emploi modifier complètement les missions de l’université ? Une société vit aussi de ses penseurs, et un pays sans chercheurs est un pays acéphale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *