Les Olympiades : Des épreuves d’adrénaline et d’excellence

Les Olympiades : Des épreuves d’adrénaline et d’excellence

Ils sont une dizaine d’élèves à subir annuellement un sort hors du commun. Contrairement à leurs camarades de classe, ces jeunes sont exposés à des épreuves supplémentaires que celles prévues dans leur cahier des charges. La tension s’installe à longueur de l’année pour bien ficeler la représentativité marocaine dans l’une des prestigieuses compétitions mondiales dédiées à la population estudiantine. Il s’agit en effet des Olympiades. Des épreuves exceptionnelles qui permettent de consacrer les brillants élèves dans différentes matières. Au Maroc, la genèse de cette évaluation remonte aux années 80. De nos jours, les Olympiades sont placées parmi les axes prioritaires du plan d’urgence identifié par le ministère de l’éducation nationale sur la période 2009-2012. Le but étant de stimuler l’initiative et l’excellence au lycée et à l’université, et ce en organisant des  compétitions éliminatoires sur les plans local et régional. Ainsi, nombreux sont ceux qui ont déposé leurs candidatures afin de s’auto-évaluer et briller dans leur matière de prédilection. Cependant, les mathématiques restent les plus prisées dans ce genre de compétition.  Les Olympiades internationales des mathématiques sont désormais un rendez-vous incontournable des as de l’algèbre. Cette année, le monde s’apprête à célébrer la 52ème finale des Olympiades des mathématiques aux Pays-Bas. Comme chaque année, le Maroc prépare son arsenal  à travers trois principales étapes. «Cette compétition se déroule en trois phases distinctes. Durant chaque niveau, les élèves sélectionnés devront passer deux évaluations», lit-on dans la circulaire du ministère de l’éducation nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique. Les élèves concernés par ce passage à Amsterdam doivent être, principalement, issus de la deuxième année du baccalauréat section sciences maths A et B et des classes préparatoires. L’épreuve consiste à résoudre deux séries de trois problèmes issus de la géométrie plane, de l’archimétique, des inégalités ou de la combinatoire. Tout cela se passe en deux séances de quatre heures et demie chacune. La résolution des problèmes fait appel plus au raisonnement qu’à des connaissances sophistiquées. Sur le plan national, les éliminatoires touchent à leur fin. Bien que le Maroc n’a jamais remporté de premier prix, ses représentants ont à plusieurs reprises obtenu des mentions honorables. Outre les mathématiques, le Maroc a connu en 2008 les Olympiades des lycées en sport.


 Historique des Olympiades internationales des mathématiques
Les premières Olympiades internationales des mathématiques se sont déroulées en 1959 en Roumanie et regroupaient des participants de sept pays d’Europe de l’Est (Bulgarie, Hongrie, Pologne, République démocratique d’Allemagne, Roumanie , Tchécoslovaquie, Union Soviétique et Yougoslavie). Depuis, elles ont eu lieu tous les ans, à l’exception de 1980. Actuellement, plus de 100 pays des cinq continents sont concernés. Chaque pays envoie une équipe de 6 candidats au maximum, avec un chef de délégation et un adjoint, ainsi que d’éventuels observateurs. Les élèves doivent avoir moins de 20 ans et ne pas avoir commencé leurs études supérieures, mais aucune limite n’est imposée quant au nombre de participations. L’épreuve est individuelle, mais il existe un classement non-officiel par équipe. Chaque pays, excepté le pays organisateur, peut proposer des problèmes au Comité de sélection qui est mis en place par le pays organisateur. Les chefs de délégation arrivent quelques jours avant les élèves et se regroupent alors pour choisir les 6 exercices. Étant donné qu’ils connaissent les sujets avant les épreuves, ils sont séparés des élèves jusqu’à la fin de celles-ci. Les élèves sont accompagnés avant les épreuves par les chefs de délégation adjoints. Les copies des élèves sont notées conjointement par les chefs de délégation de ce pays et les coordinateurs choisis par le pays organisateur (ou le chef de la délégation qui a proposé le problème pour les élèves du pays organisateur). En cas de désaccord, l’ensemble des chefs de délégation fournit un avis définitif. Les médailles et mentions sont attribuées à titre individuel, selon les scores des participants.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *