Les plantes, source de santé

Durant toute l’histoire de l’humanité, les plantes médicinales ont toujours occupé une place importante dans la vie sanitaire de l’être humain. De nos jours, elles continuent à susciter le même intérêt. Leur rôle n’est plus à démontrer notamment dans la recherche de nouveaux produits utilisés dans plusieurs domaines comme la pharmacie, l’agriculture, l’alimentation, la cosmétique et autres industries. Les PMA (plantes médicinales et aromatiques) constituent de plus en plus le centre d’un enjeu scientifique économique et environnemental international.
Par conséquent, les capacités de recherche de chaque acteur, la maîtrise des connaissances et des technologies, sont un atout majeur. Particulièrement pour protéger, gérer et intégrer ce patrimoine dans le cadre d’un développement durable.
Les stratégies de recherche de développement de conservation et de commercialisation sont définies et conduites par des institutions internationales et gouvernementales et aussi par des firmes privées.
Dans les pays en voie de développement, où se trouve la majorité des PMA, les recherches restent disparates. A cela s’ajoute l’inexistence d’une maîtrise de technologies sans parler des échanges d’expériences et d’information qui restent très faibles. C’est pour ces raisons que le Réseau marocain pour la conservation et la valorisation des plantes médicinales et aromatiques (RPMA), et la faculté de médecine et de pharmacie de Rabat, organisent en partenariat avec plusieurs institutions nationales et internationales, le 1er Congrès international : RPMA 2002, sous le thème «Plantes médicinales, santé, environnement au service du développement» du 2 au 4 mai 2002 à Rabat.
Une manifestation qui entre dans le cadre de la participation active du RPMA à la valorisation, l’intégration des PMA et à la conservation de cet important patrimoine au niveau régional et international. Plus de 250 conférenciers sont attendus à ce Congrès international.
La conférence sera organisée sous la présence d’honneur des ministres, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, de la Santé, de l’Agriculture et du Développement rural et des Eaux et Forêts ainsi que le secrétariat d’Etat à la Recherche scientifique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *