Les prévisions nationales en matière d’eau

Les prévisions du ministère de l’agriculture du développement rural et des eaux et forêts indiquent que la demande en eau au Maroc atteindra 17,60 milliards m3 à l’horizon 2020 alors que l’offre prévue sera de 16,80 milliards de m3, 14 milliards m3 d’eau de surface et 2,8 milliards d’eau souterraine.
Selon ces prévisions, la quantité d’eau à usage agricole atteindra, à l’horizon 2020, quelque 13,50 milliards m3, l’eau potable, 3,6 milliards m3 et autre usage 0,5 milliard m3. Le Maroc qui a abrité, récemment à Agadir, les travaux de la conférence internationale sur les politiques d’irrigation et les considérations économiques, n’a cessé d’accorder, parallèlement aux efforts soutenus en matière d’extension de l’irrigation à de nouvelles superficies, un intérêt particulier à l’amélioration des performances des systèmes d’irrigation pour faire face à une demande accrue en eau d’irrigation, à la rareté croissante des ressources hydriques nationales, accentué par des sécheresses. Selon la direction de la gestion de l’irrigation, le plan d’action national pour l’économie d’eau en irrigation a été dernièrement mis en oeuvre. Ce plan s’articule autour du renforcement des actions de maintenance et de réhabilitation des réseaux d’irrigation des périmètres collectifs pour assurer un meilleur service de l’eau, de la consolidation des acquis en matière d’amélioration de l’efficacité opérationnelle des ORMVA dans les domaines de la gestion de l’eau et des aménagements. Les principaux objectifs chiffrés fixés par ce plan portent aussi sur la réhabilitation des réseaux d’irrigation touchant une superficie de 700.000 ha, dont 130.000 ha bénéficieront d’une réhabilitation intégrale de leurs équipements, la promotion de la gestion participative en irrigation par la création de 200 nouvelles associations d’usagers des eaux à usage agricole dans les périmètres à réhabiliter et l’aménagement en irrigation localisée d’une superficie nouvelle de 100.000 ha.
L’économie escomptée en eau d’irrigation à travers la réalisation de ce programme est estimée à 360 millions de m3 par an.

• Noureddine Zouini (MAP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *