Les retardataires à l’épreuve du Bac peuvent se rattraper: Le ministère de tutelle se montre compréhensif

Les retardataires à l’épreuve du Bac peuvent se rattraper: Le ministère de tutelle se montre compréhensif

En dépit de l’importance de l’épreuve de l’examen de la première année du baccalauréat, plusieurs candidats sont arrivés en retard samedi 4 juin. Les élèves ont été surpris par un changement d’horaire prématuré. Plusieurs cas de retardataires ont été signalés auprès du ministère.

Il s’est avéré que certains smartphones sont automatiquement passés à l’heure GMT la nuit du vendredi 3 au samedi 4 juin. A cet effet, le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle a vite réagi. Selon un communiqué, et partant du souci d’assurer l’égalité des chances entre les différents candidats, il a été décidé de programmer une séance de rattrapage. Les candidats qui ont raté l’épreuve de samedi auront droit à une deuxième chance. La session de rattrapage est programmée pour le vendredi 10 juin, à la seule condition qu’ils aient passé la deuxième épreuve qui était prévue la journée du samedi.

Cette séance de rattrapage n’est pas la seule mesure d’urgence prévue par le ministère. Suite à une étude effectuée dans le but de garantir un bon déroulement des examens de cette session 2015-2016, d’autres actions ont été mises en application pour limiter les cas de tricherie. Ainsi, un millier d’élèves ont été interceptés par les encadrants partout au Maroc, candidats libres et scolarisés confondus.

La région de Rabat-Salé-Kénitra a enregistré le plus grand nombre de tentatives. Selon le ministère, 575 cas de fraudes ont été enregistrés samedi, dont la majorité concerne l’usage du téléphone portable. Une tentative de fuite a été enregistrée à Zagora, où un candidat a été surpris en train de photographier l’épreuve de l’examen pour l’envoyer via Internet peu après la distribution des épreuves. Bien entendu, des mesures juridiques et administratives ont été prises par l’académie régionale à l’encontre des fraudeurs et ses services aux niveaux provincial et local, conformément aux procédures et normes juridiques en vigueur selon le communiqué du ministère.

Maryem Laftouty
Journaliste stagiaire

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *