Les soupçons mortels

Chambre criminelle près la Cour d’appel de Rabat. Dans le box des accusés, Lahcen fixe du regard les magistrats.
Mécanicien de son état à Khemisset, cet homme s’est séparé de son épouse après une dizaine d’années de vie conjugale. Ils vivaient heureux jusqu’au jour où les médecins leur annoncent la mauvaise nouvelle. Le couple ne peut pas avoir d’enfants. Les gynécologues ont affirmé à Lahcen que son épouse est stérile. Une véritable tragédie. Pour réaliser son rêve de devenir père, Lahcen quitte sa femme pour se remarier avec une autre. Le divorce avait eu lieu peu de temps après. Cependant, l’épouse a gardé de bonnes relations avec ses voisins du quartier. Malgré sa séparation avec son mari, elle a continué à leur rendre visite. Et à chaque fois, elle croisait son ex-mari sur son chemin.
Ce dernier ne lui adressait même pas la parole. Les visites de son ex-femme se multiplient. C’est alors que Lahcen a commencé à soupçonner quelque chose. Il se méfie de son ex-femme et de sa voisine. À chaque fois que leurs regards se croisent, Lahcen est intrigué par la visite de son ex-femme. Il abandonnait parfois son atelier pour retourner chez lui afin de s’assurer que tout allait bien. Un jour, il a décidé d’en parler à sa voisine. Il lui demande de ne plus recevoir son ex-femme chez elle. La discussion prendra une tournure dramatique. Lahcen et la voisine se sont échangé les injures. Après quoi, il retrourne chez lui attendant l’apparition du voisin pour lui en parler. À son arrivée, ce dernier a trouvé sa femme en larmes. Elle lui a appris que leur voisin lui avait manqué de respect et l’a insulté enlui lançant à la figure des paroles indécentes. Hors de lui, le mari est monté voir Lahcen. Il était dans un état critique. Sans demander d’explications, il insulte Lahcen qui, de son côté, ne s’est pas laissé faire. Soudain, les paroles ont cédé la place aux coups de poing. Le fils des voisins, un jeune homme âgé de vingt ans, s’est emparé d’un objet en fer et s’est acharné de toutes ses forces sur Lahcen. Ce dernier réussit à prendre la fuite.
Quelques minutes plus tard, il revient en courant, armé d’un grand couteau de cuisine. Lahcen, qui a perdu tout contrôle de ses nerfs, a planté le couteau dans le cœur du père. Le voisin a rendu l’âme sur le coup. Quant à Lahcen, ayant reçu plusieurs coups au crâne, il a perdu complètement connaissance et est tombé sur le corps de la victime. L’ambulance a transporté le défunt à la morgue et le blessé aux urgences.
«Je voulais juste me défendre Monsieur le Président» affirme Lahcen devant les magistrats.
Dans son plaidoyer, l’avocat de la défense a demandé de faire bénéficier son client des circonstances atténuantes. Car, selon l’avocat, Lahcen n’avait pas l’intention de tuer la victime, mais plutôt de se défendre. Son ex-femme lui a mis la puce à l’oreille quand elle a continué à fréquenter le quartier et les voisins. C’est pour cette raison qu’il s’est rendu chez les voisins pour leur demander de la supplier de ne plus venir chez eux. «Il n’avait même pas l’intention de se quereller avec eux, mais ils l’ont provoqué », a expliqué l’avocat.
Prenant la parole, le représentant du ministère public a requis l’application de la loi. La Cour s’est retirée un moment pour délibérer. Après délibération,  la Cour a condamné Lahcen à dix ans de réclusion criminelle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *