Les spécialistes francophones de la neuro-oncologie en conclave à Marrakech

Les spécialistes francophones de la neuro-oncologie en conclave à Marrakech

Le 2è cour supérieur francophone de neuro-oncologie, un événement scientifique destiné à faire le point des dernières nouveautés dans les domaines du diagnostic et de la thérapie concernant les principales tumeurs cérébrales, s’est tenu les 10 et 11 janvier courant à Marrakech.
Initié par l’Association de Radiothérapie et d’Oncologie de la Méditerranée (AROME), sous l’égide du ministère de la santé, ce conclave a connu la participation de quelque 230 spécialistes issus d’une dizaine de pays du pourtour méditerranéen, parmi les cancérologues, radiothérapeutes, médicaux et chirurgicaux pour adulte et enfant, ainsi que des neurochirurgiens.
Placée sous le thème « la prise en charge des tumeurs cérébrales », cette rencontre s’est tenue parallèlement au 4ème Post San Antonio Breast Cancer 2012 Afrique du nord.
De l’avis du président du comité d’organisation de ce congrès, le professeur Redouane Samlali, cette rencontre scientifique ambitionne d’assurer le transfert des nouvelles technologies thérapeutiques du nord vers le sud de la Méditerranée, et de favoriser l’amélioration et l’évaluation de la prise en charge des tumeurs cérébrales.
Notre manifestation est l’occasion de nous pencher sur les données thérapeutiques prometteuses qu’offre le bevacizumab, a-t-il expliqué.
Indiqué dans le traitement de cancers récalcitrants comme le cancer du sein, le cancer colorectal, de l’ovaire, du rein, ainsi que le glioblastome en 2ème ligne de traitement, le bevacizumab a démontré de nouveaux résultats positifs en 1ère ligne dans le traitement des glioblastomes, a-t-il poursuivi.
Sur un autre volet, il a fait savoir que le Maroc est très jeune dans cette spécialité mais plus développé par rapport aux pays africains car, le Royaume dispose de tous les moyens pour permettre une meilleure accessibilité au traitement décentralisé de cette maladie (disponibilité des médicaments) et ce, grâce à un taux d’assurance maladie estimé à plus de 35 pc, saluant, dans ce cadre, le rôle de taille joué par l’assurance obligatoire et le RAMED qui profite aux malades à faible revenu.
Le professeur Samlali n’a pas manqué d’insister sur la nécessité d’améliorer le traitement de cette maladie, de promouvoir la prévention (un sur deux des malades cancéreux est dû au tabagisme), et la sensibilisation à l’importance du dépistage, tout en informant la population sur le danger majeur que peut causer le cancer.
Il a, dans ce cadre, appelé les décideurs à redoubler d’efforts pour permettre aux personnes notamment celles nécessiteuses de mieux accéder aux soins.
Avancées diagnostiques dans les tumeurs cérébrales, contraintes et avancées en neuro-anesthésie et neurochirurgie pédiatrique, avancées dans la prise en charge pratique multidisciplinaire des TC et avancées dans la prise en charge des tumeurs cérébrales et radiothérapie, ont été les principales thématiques débattues lors de ce congrès.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *