Les stylistes ont le vent en poupe

Les stylistes ont le vent en poupe

Premier à délivrer des diplômes supérieurs dans le «stylisme-modélisme» au Maroc, le collège LaSalle s’apprête à l’organisation de son défilé de mode annuel prévu le 22 juin 2007. Les étudiants de troisième année (finissants de mode) devront d’ici là créer des vêtements sur différents thèmes et faire défiler leurs œuvres devant un jury issu du monde de la mode, du secteur industriel en général et textile en particulier. Plus de 1000 invités sont ainsi attendus à cette manifestation qui en est à sa 18ème édition. Au programme, une dizaine de tableaux, une centaine de modèles et tout un spectacle où beauté rime avec créativité.
Ouvert en 1989, l’établissement s’est implanté à Marrakech en octobre 2006. Pas de doute pour Fatima Zohra Belhaj, chargée des Admissions pour la filière «stlylisme & modélisme»: le collège LaSalle est une référence.
Pour cette dame qui connaît bien les évolutions de la mode au Maroc, le collège, son institution, est, avec une autre école située à Tanger, le seul a avoir été accrédité par le programme Meda.
L’Ecole supérieure de l’industrie textile et habillement (ESITH), ouverte en 1996, intervient, elle, dans une autre sphère : celle de la réalisation industrielle à ne pas confondre avec le «stylisme- modélisme». «L’Esith forme tout ce qui est ingénieur dans le domaine du textile», explique Mme Belhaj qui situe le domaine de l’enseignement dispensé à l’école casablancaise dans le «design de mode et la création».
En fait, l’Esith, co-financée par les textiliens eux-mêmes, compte de solides références dans le domaine industriel avec un rythme de formation de 40 lauréats par an dans les diplômes d’inginieur textile-habillement, 20 dans celui de la logistique internationale et 20 dans la spécialisation chef de produit. Depuis 1997, plus de 8 promotions ont défilé, représentant un effectif de 370 cadres lauréats de diplômes d’ingénieur d’Etat. L’admission se fait sur concours interne pour les titulaires d’un Bac +2 et licences professionnelles. Quant au collège LaSalle, privé, il est ouvert à tous les titulaires du baccalauréat intéressés par la mode, pour peu qu’ils s’intéressent à la création. Les frais de scolarité s’élèvent à 31 000 dirhams pour une année scolaire.
Comme le rappelle, Mme Belhaj, le stylisme-modélisme englobe la création : «Quand la maison BMW lance un nouveau modèle, il y a un styliste qui crée le concept tendance. Derrière, il y a les modélistes qui exécutent». Le design étant par définition transversal, on retrouve les lauréats des instituts de stylisme et modélisme dans des secteurs assez différents, comme les revues de mode (Femme du Maroc et Parade travaillent beaucoup avec collège La Salle), mais aussi dans le monde de l’habillement en général. Aujourd’hui, d’autres perspectives s’ouvrent. La fin de l’accord «mutazilisme» en janvier 2005 a provoqué, dans le secteur textile marocain, une migration de la sous-traitance à la co-traitance et à la stratégie de marques. En somme, de nouvelles opportunités pour les créateurs.
Mais les stylistes marocains, comme Albert Oiaknine lauréat du collège LaSalle en 1992 et qui habille aujourd’hui des princes en Jordanie, n’ont pas attendu cette stratégie pour voler de leurs propres ailes. Idem pour les Aït Mahdi Lahoucine et Samira Haddouchi, solidement référencés dans les rendez-vous mondiaux de la mode. La tendance n’en serait qu’à ses débuts.

Quelques écoles du secteur

• Esith
 Modélisme – coupe et couture
– Ingénieur d’Etat, 3 options :
textile-habillement, logistique internationale, chef de produit.
• Ecole spéciale de couture et de modélisme – (L’ESCOM) à Fès – dispense une formation professionnelle dans le domaine du prêt-à-porter et de la confection: modélisme, coupe et couture, broderie et en conception assistée par ordinateur (Lectra système).
•  Institut Halima Borkadi d’enseignement technique de modélisme et stylisme (IHB) est un établissement privé d’enseignement technique accrédité par le ministère de la Formation professionnelle. Il propose un enseignement en stylisme et modélisme, les métiers de communication et de publicité, l’infographie et développeur multimédia.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *