Les vétérans de la résistance à l’honneur

Le 54ème anniversaire de la Journée de la résistance coïncide cette année avec le jour du décès du martyr Mohamed Zerktouni et avec le 52ème anniversaire du recueillement historique du libérateur de la Nation, Feu SM Mohammed V, sur la tombe de ce nationaliste hors pair.
La commémoration de cet événement hautement symbolique interpelle tout un chacun pour méditer sur les leçons, les enseignements des épopées du Roi et du peuple pour le recouvrement de l’indépendance et le parachèvement de l’intégrité territoriale.Elle offre, également, l’opportunité pour exprimer la gratitude et l’admiration de tous les Marocains à l’adresse de ces hommes et femmes de foi et de conviction qui ont préféré le sacrifice et les affres de l’exil au déshonneur et à la capitulation. Bien que les faits de cet évènement remontent à plus d’un demi-siècle, ses péripéties demeurent encore gravées dans la mémoire des Marocains, évoquant, chaque année, le souvenir pour se rappeler la période coloniale qui a été entachée de tentatives visant à altérer les repères identitaires de la Nation marocaine. La vague de répression déclenchée par les autorités d’occupation, suite à la présentation du Manifeste de l’indépendance le 11 janvier 1944, a favorisé l’émergence d’une génération de militants nationaux optant pour la lutte et la résistance armées en vue de déjouer les complots ourdis du protectorat, notamment après le massacre de centaines de citoyens à Casablanca en 1947 et la décision de forcer à l’exil le Roi légitime, Feu SM Mohammed V et la famille royale, le 2 août 1953.
Loin d’avoir été une œuvre aisée, l’indépendance, qui a soustrait le pays à l’emprise de l’occupation, a été le fruit d’une laborieuse résistance contre les forces coloniales.
Après une longue lutte acharnée, menée par les résistants et au cours de laquelle des milliers de martyrs sont tombés au champ d’honneur, les forces coloniales ont finalement réalisé qu’elles ne pourraient venir à bout de la résistance d’un peuple dépositaire d’une civilisation millénaire, façonnée par les valeurs spirituelles et identitaires dans la symbiose entre le Trône et le peuple.
En témoignage du rôle joué par la résistance marocaine et les actions héroïques menées sur les champs de bataille et les prouesses accomplies, Feu SM Mohammed V qui a déclaré le 18 juin 1956 en se recueillant sur la tombe de Mohamed Zerktouni au cimetière des Chouhadas à Casablanca, à l’occasion du 2ème anniversaire de sa disparition: «La patrie reconnaissante, perpétue la mémoire des résistants tels que Mohamed Zerktouni, Allal Ben Abdellah et leur réservera dans ses Fêtes, une grande journée anniversaire digne de leur glorieux combat».
Cette décision royale, qui intervenait dans les sept premiers mois suivant l’indépendance, a été une preuve tangible de la sollicitude dont le regretté Souverain entourait les combattants pour la liberté. Le martyr Mohamed Zerktouni, qui fut parmi les héros illustres qui sont tombés sur le champ d’honneur, a été le pionnier de la résistance qui a pris l’initiative de mener des opérations et des coups durs contre l’occupant qui ont eu un retentissement éclatant auprès des symboles de la résistance nationale à l’étranger.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *