L’Etat lutte contre la corruption politique

Les ministres de l’Intérieur et de la Justice, Al Mustapha Sahel et Mohamed bouzouki, ont signé, le 14 du mois courant à Rabat, une circulaire commune sur les mesures convenues pour assurer toutes les conditions d’honnêteté et de transparence aux prochaines échéances électorales et protéger le processus électoral contre les irrégularités, et ce, en application des hautes directives Royales visant à assurer l’intégrité des élections et la crédibilité des institutions élues. Contrairement aux circulaires signées dans le passé, celle-ci est présentée comme un nouvel appel à la lutte contre la corruption et la manipulation illégale de la volonté des citoyens. Dans une déclaration, M. Bouzoubaâ, nous a annoncé que, désormais, l’ensemble des autorités compétentes doivent faire preuve d’une grande fermeté pour assurer la transparence des prochaines élections communales prévues le 12 septembre. Toutes les informations, rapportées par la presse, tous les messages et toutes les lettres anonymes adressés à ce sujet doivent faire l’objet d’enquêtes judiciaires. Les autorités sont appelées à « mettre en oeuvre les dispositions légales répressives contre toute infraction visant à influencer le choix et la liberté des électeurs », indique la circulaire signée. Le ministre de la Justice, ajoute-t-elle, a demandé aux parquets du Royaume de s’inspirer du discours de SM Mohammed VI du 29 mai où le Souverain commentait les attentats terroristes du 16 mai. « L’heure de la vérité a sonné annonçant la fin de l’ère du laxisme face à ceux qui exploitent la démocratie pour porter atteinte à l’autorité de l’Etat », avait affirmé SM le Roi », rappelle la circulaire, ajoutant que des dispositions « répressives » sont prévues pour sanctionner l’utilisation illicite de l’argent. Le recours d’une partie des candidats à la distribution de sommes d’argent dans les quartiers pauvres est devenu une pratique courante, dans les élections marocaines, et il est temps que ce fléau cesse d’exister. Il y va de la crédibilité de l’image du Maroc et de celle de ses responsables.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *